Informations générales sur Françoise Morvan (communication)
Posted by La Rédaction on 5th octobre 2010
| 1436 views

BREIZATAO – BREIZH (05/10/2010) Françoise Morvan sillonne le pays depuis le mois de juin, date déterminée pour coller au débarquement allié de 1944 suivi par la petite insurrection de terroristes communistes et gaullistes dans diverses localités bretonnes. Elle vient de publier un énième ouvrage sur la seconde guerre mondiale en évoquant cette fois-ci un affrontement entre l’armée allemande, la milice française et des francs-tireurs communistes.

En quatre mois l’intéressée a tenu 4 sessions de promotion de son ouvrage dans l’ancienne partie rouge du pays, le parti communiste étant désormais en chute libre jusque dans ces bastions. Le livre tiré à 4000 exemplaires aurait été épuisé grâce au soutien promotionnel du Groupe Ouest France / Ouest Éclair et à sa diffusion auprès des personnes âgées proche du PCF.

Il est important de replacer cet agent français dans son contexte politique.

Tout d’abord Françoise Morvan est conseillère socialiste dans le Xème arrondissement de Paris, appartenance politique que nous révélons ici pour la première fois. Elle est membre de la Ligue des Droits de l’Homme, organisation ou officient les réseaux trotsko-sionistes français. Elle est également membre du Bureau de la Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes, association subversive visant à s’opposer aux organisations et personnalités musulmanes dans le cadre de la politique néo-conservatrice atlanto-sioniste. On y trouve comme association membre la CLF (Coordination Lesbienne en France), la CIBEL (Compagnie des Insoumises Baladines Enthousiastes et Lesbiennes), LFID (Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie), RAFI (Réseau pour l’Autonomie des Femmes Immigrées).

Françoise Morvan se trouve au coeur de tous les réseaux de la gauche néo-conservatrice et sioniste française et s’engage activement contre tout ce qui peut menacer les intérêts du camp idéologique qui est le sien. Elle peut ainsi utiliser de nombreuses “cartes d’appartenance” politiques en fonction des objectifs assignés.

Françoise Morvan est en outre très bien rémunérée pour les services qu’elle rend à l’établissement. Ainsi, en plus de son salaire de conseillère municipale socialiste, elle est l’auteur d’ouvrages complaisamment promus par le Groupe Ouest France / Ouest Éclair bati sur la plus grande escroquerie de l’histoire française perpétrée à la libération par quelques familles politiquement proches du nouveau pouvoir. Groupe géré selon mode féodal digne de l’ancien régime. Cette sollicitude s’explique à la fois par sa convergence politique et par son utilité pratique dans le cadre du maintien de l’histoire officielle. Histoire officielle qui permet aux propriétaires du Groupe Ouest France / Ouest Éclair comme aux cliques du système jacobin de justifier leur main mise sur le pays et de légitimer a posteriori le coup d’état gaullo-communiste de 1944. Bienveillance qui lui vaut en plus d’être directrice de collection et de recevoir les émoluments associés. Par ailleurs elle commet régulièrement des pièces de théâtre pour la bourgeoisie de gauche parisienne de conserve avec André Markowicz, sioniste notoire. Deux salaires donc, plus des ouvrages vendus d’avance par son employeur et enfin l’accès aux scènes parisiennes tenues par les bandes que l’on sait.

Son réseau cependant ne se limite pas à une appartenance à la “gauche”, terme aujourd’hui galvaudé. C’est son appartenance aux réseaux sionistes qui déterminent ses véritables alliances et prestations. Ainsi son avocat n’est autre que le juif Richard Malka, avocat formé par l’avocat juif Georges Kiejman, les deux étant les avocats officiels du président de la République Française (de droite pro-israélienne et néo-conservatrice dure) mais aussi de Charlie Hebdo. Richard Malka est également dessinateur de bande dessiné: il a réalisé “L’ordre de Cicéron” qui traite d’un sujet très “communautaire”, c’est à dire de la condition juive sous Vichy. Communautarisme victimaire curieusement absent de la rhétorique de Françoise Morvan.

Il ne faut se surprendre de l’apparente contradiction que serait la proximité d’un avocat sioniste avec le journal d’extrême gauche laïque et la majorité libérale et atlantiste. Nicolas Mallah – Sarközy (dont l’arrière grand père est le fondateur du sionisme en Grèce à Thessalonique) a ainsi nommé Philippe Val dans le cadre de l’opération de propagande néo-conservatrice dite des “caricatures” au rang d’épurateur en chef de Radio France. Ce rapprochement s’est opéré depuis que le lobby sioniste américain s’est repositionné stratégiquement en 2000 et 2001 consécutivement à la seconde Intifada et aux attentats du 11 septembre contre le monde arabo-musulman. Les “sayanim”, agents d’influence israéliens actifs (parmi lesquels on trouve tous les membres du Cercle de l’Oratoire composé de juifs sionistes de gauche comme Romain Goupil, Pascal Bruckner, Bernard Henri Lévy, Michel Taubmann, Olivier Rubinstein) ont pour tâche de promouvoir l’action de l’état d’Israël, des États Unis et la politique globale de l’OTAN.

Ce sont ainsi les mêmes qui défendent le droit des femmes en Iran (pour détabiliser le régime ennemi de l’OTAN), la démocratie dans les ex républiques soviétiques comme l’affaire Géorgienne (pour déstabiliser la Russie dans le cadre de la conquête du Caucase ou de l’Ukraine. C’est pourquoi tour à tour un agent comme Bernard Henri Lévy peut être pro-musulman en Bosnie (conformément à la liquidation de l’influence russe dans les Balkans au profit des USA et d’Israël) ou anti-musulman en Palestine (BHL va soutenir l’armée juive lorsqu’elle brûle femmes et enfants à Gaza en 2008). Un autre élément de ce revirement stratégique global est Alain Finkielkraut, membre d’honneur de la LICRA (association sioniste visant à affaiblir l’état français pro-arabe par le biais de l’immigration maghrébine et islamique) qui de la promotion de la diversité ethnique est devenu le pourfendeur de l’Islam en France.

Ce contexte global explique l’appartenance de Françoise Morvan à la gauche trotskiste devenue pro-américaine car pour les cadres sionistes de ce courant les USA remplissent deux critères essentiels: ils sont pro-israéliens et ils promeuvent la société multiraciale, constante fondamentale de la politique sioniste. L’agitation laïque est donc en réalité une façon détournée de lutter contre la communauté musulmane quand l’antiracisme sert à lutter contre les forces nationalistes, les deux grands groupes susceptibles d’opposer une résistance au projet global des sionistes et de leurs alliés américains (français et anglais).

Françoise Morvan est membre d’un autre réseau, celui de la Libre Pensée, tombé dans le courant lambertiste par l’action d’entrisme de disciples du juif trotkyste Alain “Lambert” de son vrai nom Boussel – Grinberg. La Libre Pensée en Breizh est activement représentée par Pierrik Le Guennec qui s’avère être un juif de Pologne. Le dernier exploit de la dite association “laïque” étant la pression sur Jean yves Le Drian afin qu’il enlève le terme “Saint” de la Fête de la Saint Yves promue par la région administrative cette année. La lutte contre l’église catholique est une autre constante sioniste maquillé par un vernis “laïcard” afin de faire “couleur locale”. Elle est également proche de l’Observatoire du Communautarisme(qui ne traite pas du communautarisme politiquement proche de sa famille politique), organisme géré par le juif sionisteJulien Landfried, par ailleurs membre du mouvement de Jean Pierre Chevènement (ultra-jacobin marié à la sculptrice juive égyptienne Nisa Chevènement) membre du “Siècle”, organisation maçonnique qui rassemble le patronat français, les chefs de presse, les élus de gauche et de droite.

Par ailleurs Françoise Morvan se retrouvre proche, par le biais d’un réseau maçonnique de gauche jacobine (Grand Orient) de la magistrature socialo-sioniste qui l’appuie dans les poursuites qu’elle mène contre ses ennemis politiques. Ainsi la juge juive Sylvia Zimmerman, membre de l’association sioniste LICRA, se serait rendue coupable de trafic d’influence, codes maçonniques à l’appui dans les courriers officiels d’un jugement contre un nationaliste breton, afin d’obtenir quoiqu’il advienne d’un verdict défavorable à l’accusé.

Le groupe Ouest France / Ouest Éclair, officiellement “chrétien démocrate” mais en réalité radical-socialiste, commandite Françoise Morvan dans le cadre d’une collaboration mutuellement profitable afin de maintenir une vision partiale et culpabilisatrice de la Libération contre les nationalistes bretons. Cette action vise explicitement tout retour en force du nationalisme ethnique breton qui est en mesure de porter atteinte, d’abord sur le plan moral et culturel puis politique, aux intérêts des groupes concernés, mais aussi aux forces jacobines et plus largement au républicanisme français et au sionisme qui désormais le cimente.

Sont mobilisés pour cette occasion les derniers réseaux communistes dont les associations “Bretagne – Ile de France“.

Ayant clairement identifié les protaganistes et leurs buts, nous pouvons exposer ces faits ici et communiquer publiquement de notre intention présente et future d’éradiquer de tels agissements.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments