Libérée de prison, une dissidente du régime communiste vietnamien parle

Nugyen Phoung Uyen, 21 ans, face au tribunal du régime communiste

BREIZATAO – ETREBROADEL (03/09/2013) Une jeune dissidente vietnamienne a été relâchée de prison la semaine dernière et annonce son intention de continuer à militer pour une démocratie pluraliste au Vietnam, pays dirigé d’une main de fer par un régime communiste impitoyable.

Nugyen Phoung Uyen, 21, avait été condamnée à 6 ans de prison pour avoir distribué des tracts hostiles au parti.

Un appel porté le mois dernier a modifié cette sentence à trois ans de prison avec sursis et relâchée après 10 mois de prison. Ses sympathisants ont déclaré que c’était la première fois que les autorités avaient libéré de manière anticipée une personne condamnée atteinte à la sécurité nationale.

Les déclarations d’Uyen à l’Associated Press révèle quelque chose quant à la confiance du mouvement dissident du Vietnam, qui se dynamise depuis l’apparition d’internet ces dernières années. Alors que les longues peines de prison sont courantes, de nombreux dissidents et blogueurs pro-démocratie ne sont plus effrayés à l’idée d’exprimer leur désaccord, contestant un régime qui jusqu’à rcemment avait le monopole de l’information dans le pays.

« Je suis livre maintenant, mais cette peine avec sursis est comme un nœud qui m’étrangle et qui m’empêche de parler » a-t’elle déclaré par téléphone. « Je voulais juste que tout le monde, surtout les jeunes qui vivent sous ce régime, connaissent leurs droits ».

Uyen a dit avoir été gardée dans une pièce obscure au début de son emprisonnement et de donner de l’eau contaminée avec des excréments de rats. Elle ne recevait de la viande ou du poisson que quatre fois par mois, deux fois moins que le minimum garanti par le règlement des prisons du régime.

« J’espère vraiment que tout le monde va me rejoindre et combattre pour que le régime communiste libère Kha », son ami dissident emprisonné avec elle.

Uyen a déclaré qu’elle entend à présent apprendre l’anglais afin de faire connaître la situation des droits humains au Vietnam sur le plan international. Elle a en outre assuré que rien ne pourrait l’arrêter de faire campagne pour la démocratie au Vietnam, affirmant que le pays suivait une marche « inévitable » vers de plus grandes libertés.

« Nous avons le choix de choisir l’organisation qui dirige le pays, pas uniquement celle qui a été imposé au peuple » dit-elle.

Au moins 46 personnes, dont beaucoup de blogueurs pro-démocratie, ont été condamnés pour activités dissidentes cette années.

Source

SHARE