Le collectif breton Ai’ta ! condamné – Fouesnant

BREIZATAO – YEZH (27/10/2013) Les municipalités de Fouesnant et de La Forêt-Fouesnant ainsi que le conseil général du Finistère ont porté plainte contre le collectif Ai’ta !, suite à l’apposition d’autocollants « E brezhoneg ! » sur le mobilier urbain de leur territoire. Suite à interpellation, un des militants a été jugé fin 2012 et condamné à payer des dommages et intérêts aux communes de Fouesnant (1 690 €) et de la Forêt-Fouesnant (2 440 €), 2 070 € de frais de procédures pour le conseil général et 1 000 € d’amende. « C’est donc près de 7 500 € qui nous sont réclamés ».

Ai’ta ! (« Allons-y » en breton), fondé en 2005, est un mouvement collectif qui milite de façon non violente pour la valorisation de la langue bretonne dans les lieux publics et la vie quotidienne en générale. « Une langue qui ne peut être vue, entendue et parlée au quotidien est une langue condamnée à disparaître. Notre détermination est donc totale et c’est en toute légitimité que nous apposons des autocollants sur les panneaux qui ne sont pas encore bilingues » précise son porte-parole Kilian Gastinger. « Les dommages et intérêts demandés sont donc non avenus. Il est choquant de la part des collectivités de chercher à récupérer des indemnités aussi disproportionnées auprès d’un militant breton qui est travailleur en situation précaire ».

Le collectif a rencontré personnellement les maires de Fouesnant et la Forêt-Fouesnant ainsi que le président du conseil général, Pierre Maille. « Ces derniers n’ont pas souhaité apaiser l’affaire et ont décidé de maintenir leur demande de dommages et intérêts ».

SHARE
  • war-sav Breizh

    TRAITRES !

    Autant je n’ai que peu de sympathie pour ces gaushistes d’Ai’ta ,
    que « nos » représentants (de quoi ?) s’avèrent bien prompts a comdamner de bons bretons !

    La forèt fouesnant et fouesnant, de vrais espaces protégés pour la villégiature d’une pseudo élite française ….

  • Costarmoricain

    C’est bien fait pour Ai’Ta ! Quand on dégrade le mobilier publique, quand on agît comme des terroristes pour soit-disant « défendre la langue bretonne », il ne faut pas s’étonner de devoir réparer ; surtout quand certains dégénérés apposent ces autocollants sur des pancartes en … breton ! Tout spécialement visés: les sites naturels, les équipements de loisirs, bref : c’est très intelligent d’exiger d’être respecté en ne respectant pas autrui. Bravo aux maires qui ont eu le COURAGE de défendre la raison, le bien publique, et merde aux ploucs de gauche !

  • Konomor

    On ne va pas pleurer sur le sort de l’udébiste alcoolique Nedeleg, non plus. Ce type est un roquet gauchiste, pourquoi devrions-nous le soutenir ?