LATEST NEWS
Le moine confesseur de Vladimir Poutine conseille directement Moscou dans ses opérations armées
Posted by La Rédaction on 11th août 2014
| 725 views

85122.b

BREIZATAO – ETREBROADEL (12/08/2014) Voici un nouvel élément sur la nature eschatologique du combat qui oppose la Sainte Russie restaurée à l’Ouest athée sous direction judéo-américaine.

Nous évoquions fin avril le voyage subit, quelques heures avant d’envahir la Crimée, de Vladimir Poutine au monastère de Valaam, un des plus hauts lieux de l’orthodoxie slave. Voici que de source sûre, l’on a appris que Tikhon Shevkunov, le confesseur du président russe, est présent dans tous les échanges relatifs au dossier ukrainien, y compris lors des discussions de nature militaire, avec les troupes située en première ligne.

Il est trop peu connu qu’au sein de l’Etat Russe, au plus haut niveau, le combat que mène la Russie est compris comme un combat pour la foi chrétienne, littéralement inspiré par Dieu. La Russie, selon l’eschatologie orthodoxe, sera la puissance terrestre chrétienne qui brisera les forces démoniaques lors des temps derniers.

Vladimir Poutine est également pénétré de cette réalité spirituelle, étant fervent croyant lui-même. Il a été baptisé en secret le jour de la Saint Michel, Chef des Légions Célestes. Cependant ce n’est pas le nom qui lui fut donné, sa mère ayant déjà choisi de l’appeler Vladimir. Le prêtre lui désigna, le jour de son baptême, l’icône de Saint Vladimir comme son gardien personnel. C’est dans l’église de son baptême qu’il vient célébrer les fêtes de Noël chaque année.

Vladimir Poutine a pour confesseur le moine Tikhon Shevkunov, 55 ans, qui disait de lui en 2001 :

« Vladimir Vladimirovitch Poutine est vraiment un Chrétien Orthodoxe, et pas simplement de nom mais une personne qui se confesse et communie et réalise parfaitement sa responsabilité devant Dieu pour la charge qui lui a été confiée ainsi que pour son âme immortelle. »

C’est une conversation téléphonique entre un haut responsable russe et le chef des rebelles prorusses d’Ukraine, captée par le SBU – le service de renseignement ukrainien encadrée par la CIA – qui a révélé fin juillet la présence du confesseur du président russe.

Aleksei Chesnokov, le chef du parti présidentiel Russie Unie, échange alors avec le premier ministre de la république du Donetsk, Aleksandr Boroday. C’est à cette occasion que Chesnokov mentionne la présence du moine Tikhon Shevkunov et demande que le premier ministre Boroday exige et obtienne de Strelkov, aka le colonel Igor Girkin, ministre de la Défense du Donetsk, qu’il fasse serment d’allégeance public à Vladimir Poutine. Le mouvement est motivé par l’agitation que mène Alexandre Douguine, gnostique ésotériste, qui excite le courant ultranationaliste et « eurasien » en faveur d’actions radicales en Ukraine, notamment en s’appuyant sur l’image « d’indépendance » de Strelkov vis-à-vis du Kremlin.

Le confesseur du président russe connait les ennemis de la Russie et de la foi. En 2012, le moine Tikhon Shevkunov mène la résistance contre la profanation de la Cathédrale du Christ-Sauveur par les agents du Département d’Etat des USA, les « Pussy Riot ». Etait présent à leur procès le banquier d’origine juive Alexander Lebedev, financier du journal d’opposition « Novaya Gazeta », lequel prenait naturellement fait et cause pour les ennemis de la Russie au nom « de démocratie ».

Il est utile de rappeler que cette cathédrale, présente près du Kremlin, fut détruite le 5 décembre 1931 par les bolcheviques sur ordre de Lazare Kaganovitch, juif.

 

Autre exemple de l’eschatologie orthodoxe au plus haut niveau de l’Etat Russe, Vladimir Poutine a fait, quelques semaines avant la crise ukrainienne et son développement en Crimée, voler au dessus de la Mer Noire une copie de l’icône de la Vierge Noire de Kazan (source). Cette icône, considérée comme l’incarnation de la Russie était portée auprès des armées russes durant toutes les grandes invasions menées contre le pays : en 1612 face aux Polonais, en 1709 face aux Suédois, en 1812 face à Napoléon. Son vol et sa destruction en 1904 fut interprétée comme le début de grandes catastrophes pour la Russie par les moines orthodoxes. En 1904 ce fut la défaite lors de la guerre russo-japonaise, puis la révolution de 1905, enfin la guerre en 1914 et la révolution en 1917 aboutissant au massacre de la famille impériale par une chaîne de commandement intégralement composée de juifs.

L’exécution fut en effet personnellement assurée par Yakov Yurovsky (juif) qui abattit le Tsar. L’ordre transmit par le président du Soviet local, le juif Beloborodov  de son véritable nom Vaisbart. La personne responsable pour l’administration générale du Soviet d’Ekaterinburg, la ville où était détenue la famille, était Shaya Goloshtchekin (juif) aidé de Safarov, Voikov et Syromolotov. La maison chargée de recueillir les prisonniers appartenait à un marchand juif du nom de Ipatiev. L’ordre fut donné et signé personnellement par le juif Yakov Sverdlov (Yankel Solomon), alors chef de l’Etat de la Russie bolchevique.

640px-YakovSverdlov

L’immonde face d’hébreu Yankel Solomon qui fit assassiner la famille impériale

Sur le mur de la pièce où eut lieu l’exécution se trouvait une citation d’un poème de Heinrich Heine, juif, (écrit en allemand) sur le Roi Balthazar, qui offensa les juifs et fut tué pour cela :

« Belsatzar fut, la même nuit, tué par ses esclaves »

Les Bolcheviques firent par la suite détruire la cathédrale de Kazan.

En 1941, alors que Moscou est sur le point de tomber, Staline fait embarquer une copie de la Vierge Noire de Kazan dans un avion qui fait plusieurs fois le tour de la capitale russe.