Quand le pseudo « journaliste » et « antifasciste » juif Gaspard Glanz appelle à neutraliser illégalement BREIZ ATAO

thumb-x480-1422369293

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (03/06/2015) Gaspard Glanz est ce que l’on pourrait appeler un « clochard » de l’information institutionnelle. Evoluant entre Rennes, Paris ou Strasbourg, ce militant d’extrême-gauche d’origine juive tente avec difficulté d’exister en tant que pigiste dans le monde de plus en plus précaire du journalisme officiel. Il vient récemment de créditer son CV professionnel d’un appel à neutraliser illégalement un site internet de réinformation : BREIZATAO.com.

Demi Cohen-Bendit, le talent en moins

Gaspard Glanz ne brille certes pas par la finesse de son style. L’individu est un ancien militant de l’UNL, un syndicat lycéen créé par Benoît Hamon, comme le rappelle La Croix (source) :

« L’UNL a été initiée au sein du Mouvement des jeunesses socialistes par le courant Nouvelle gauche de Benoît Hamon afin de constituer un pendant à la Fidl », explique un secrétaire national du PS. «Une proximité qui perdure de façon informelle. Ce qui est d’ailleurs plus efficace », relève-t-il.

A l’occasion des manifestations contre le CPE, en 2006, le proviseur de son établissement avait porté plainte pour une agression verbale assez représentative du personnage. Le journal 20 Minutes rappelle l’affaire (source) :

« A la barre, le prévenu a nié avoir proféré des insultes ou des menaces à leur encontre. « Fasciste », « Sale pute », « Tu vas crever », aurait-il lancé à la proviseure ».

Le pigiste des romanos

Gaspard Glanz a le judaïsme honteux mais l’antifascisme fiévreux. Si notre histrion n’aime guère que l’on évoque ses hébraïques ascendances, ce n’est pas par timidité naturelle. Brouillon, cette cervelle s’enflamme à intervalle régulier pour une obsession qui lui est chère : la pouillerie clandestine.

Ainsi le trouve-t-on dans tout ce qui peut ressembler à un camp puçeux de romanichels au bord de l’évacuation, où à un village africain improvisé excité par une poignée de trotskistes spetuagénaires. Comme récemment près de Barbès, à Paris, où Glanz pour sa mirifique « agence de presse » Taranis News mitraillait les grappes d’africains agglutinés sous un pont (source). Un drama usé jusqu’à la corde dont notre héraut de l’humanité révoltée escomptait, au passage, retirer quelques shekels.

En proie à des bouffées de mythomanie régulière, Glanz avait juré ses grands dieux que des « nazis » avaient « attaqué » un « camp de migrants » à Rennes, en 2014. Arborant avec humilité la qualité de « reporter » en tête d’article, Gaspard avait résumé l’affaire (source) : « Des racistes bourrés viennent d’attaquer un camp de migrants à Rennes ».

Breizh-Infos était revenu sur les visions de Gaspard et de ses amis de la chapelle antifasciste rennaise, résumant l’affaire (source) : « La préfecture de Rennes et les clandestins de Cleunay. Chronique d’un coup monté ».

En fait d’équipée sauvage menée par des nazis, il ne s’était agi que d’un rodéo se terminant en querelle de voisinage.

Shylock des rédactions

Notre ami Gaspard, déraciné lui-même, traîne cette qualité dans son travail. Sans employeur fixe après un lamentable échec autour de son projet de mirobolante « télévision rennaise » – ou « Rennes TV » – Glanz vagabonde à la recherche de chèques et de sujets susceptibles d’intéresser le monde très précaire de l’information subventionnée.

Joignant l’utile à l’agréable, il n’est jamais en peine lorsqu’il s’agit de voler au secours d’un immigré agressif, comme ici avec le rappeur « Abdelos », d’origine maghrébine, qui arborait avec une faune bigarrée des fusils à pompe dans un de ses clips vidéos. Gaspard, soucieux de la justice, a donc commis une pige pour le très objectif « Rue89 » du juif antisioniste Pierre Haski, pige dans laquelle, bien sûr, notre rappeur maghrébin pleure sur les esprits rétifs à son génie créatif (source). Vous pouvez en juger :

abdelos_clip_capture-514x262

Une objectivité reconnue mondialement

Jadis, à l’occasion d’un défilé de rue de la Manif’ Pour Tous, Gaspard avait tenté, pour sa boursoufflure qu’était « Rennes TV », de hurler au carnage fasciste contre « la presse libre », conformément à tout bon scénario issu de la mystique gauchiste (source). Las, c’était un africain qui avait vigoureusement alpagué la fine équipe de « Rennes TV ».

Plus tard, lors de la diffusion des images de la fameuse « agression », on découvrira que Glanz avait grossièrement trafiqué les propos prononcés par des opposants par l’usage de sous-titres mensongers. Rien de nouveau.

Agression-RennesTV

Pigiste occasionnel du milliardaire juif Rupert Murdoch

Gaspard officie également pour VICE News, une chaîne de propagande atlantiste appartenant notamment au milliardaire australien d’origine juive Rupert Murdoch. Ce dernier a investi 70 millions de dollars dans VICE (source). Le rôle de VICE News est de servir les intérêts du puissant oligopole atlantiste en offrant une information d’opposition factice dans le cadre plus général de la « démoralisation » des pays ciblés.

A titre d’exemple, VICE News mobilisa en Ukraine le journaliste juif américain Shimon Ostrovsky (source) pour offrir une narration du coup d’état mené par la CIA à Kiev en février 2014 favorable aux intérêts globalistes. Ce coup amena au pouvoir des oligarques issus de la pègre juive comme l’actuel président Poroshenkho ou le premier ministre Yatsyenuk. Le juif Raphaël Glucksmann, agent de la CIA via la Freedom House – comme son père André – a réalisé un travail de désinformation identique en France au profit du gouvernement fantoche d’Ukraine.

Gaspard Glanz fulminait ainsi dans VICE News à propos de BREIZATAO.com dans un article du 23 septembre 2014 (source) après que notre journal l’ait sérieusement étrillé dans un papier où nous soulignions tout le ridicule de l’illuminé précité.

Entre deux piges sur des Gitans, Glanz réalise aussi de curieux entretiens, fort complaisants, avec les plus hautes autorités militaire françaises (source).

Soutien actif à l’extrême-gauche ayant expulsé Maryvonne

Mais Glanz s’est illustré plus récemment par son soutien actif à une bande d’anarcho-nihilistes ayant décidé d’exproprier une vieille dame de plus de 80 ans, Maryvonne Thamin, à Rennes. L’affaire a défrayé la chronique, notamment grâce à l’action des nationalistes d’ADSAV qui a suscité un scandale dans tout l’Hexagone. Il n’est pas jusqu’à Russia Today qui n’ait évoqué l’affaire, comme nous le rapportions hier (source).

A cette occasion, c’est Glanz qui a réalisé une énième pitoyable interview des punks à chiens susmentionnés, crasse asociale qui légitimait sa rapine commise à l’encontre d’une vieille dame par une brumeuse geste marxiste, le visage courageusement masqué.

L’affaire a cependant tourné court, la mairie socialiste fuyant devant le scandale, la justice lui emboîtant le pas et décidant de virer séance tenante les camés qui s’entassaient dans la propriété, transformée en taudis.

Glanz appelle à neutraliser illégalement un site qui le dérange

Alors que nous évoquions le rôle de cet élément louche, l’intéressé décidait – très stupidement – d’appeler publiquement à neutraliser illégalement BREIZATAO.com :

 2015-06-03 11_07_00-Gaspard Glanz (@GaspardGlanz) _ Twitter2

Avant qu’une connexion « militante » ne s’établisse entre une avocate, elle aussi visiblement d’origine juive, Eve Matringe, et notre ami Gaspard sur fond de sollicitation de l’UEJF, l’Union des Etudiants Juifs de France, syndicat ne représentant que lui-même, mais suffisamment fort pour dicter la restriction globale du droit de la presse auprès de Christine Taubira (source).

2015-06-03 13_14_00-Eve Matringe (@evematringe) _ Twitter

2015-06-03 11_11_12-Tweets avec des réponses de Gaspard Glanz (@GaspardGlanz) _ Twitter

La solidarité ethnique – le recours à l’UEJF comme l’allusion à l’union « entre cosmopolites »- étant bien mise en avant par l’avocate précitée… Le « racisme antiraciste », en somme.

Notre rédaction remercie Gaspard pour cet appel public, dûment archivé et transmis à qui de droit.

Salut vieille branche !

SHARE
  • 50€, c’est pas très généreux. Difficile de faire beaucoup depognon avec de continuels « reportages » sur tous les crasseux de France.