Torrent migratoire : Laurent Fabius ordonne à la Hongrie de démonter son mur de protection
Posted by La Rédaction on 31st août 2015
| 150 views

bhl_fabius_kouchner

BREIZATAO – URZH BED-NEVEZ (31/08/2015) Comme nous l’évoquions récemment, l’invasion afro-islamique est en train de fragmenter le continent, entre d’une part une Europe de l’Ouest résolument engagée dans le remplacement de sa population, et d’autre part l’Europe Centrale et Orientale qui y voit une menace existentielle. Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères d’origine juive, s’en est ainsi violemment pris à la Hongrie et à son mur de protection. Cette dernière a convoqué les diplomates français pour remettre Paris à sa place.

Front des Européens de l’Est

Après la construction d’un vaste mur visant à contenir le torrent musulman en Hongrie (lire ici), des réactions de soutien se sont manifestées, au plus haut niveau, en Europe de l’Est. Ainsi l’ex-Premier ministre Péter Boross, qui évoque « un problème ethnique et racial » (lire ici). La Hongrie estime en effet que 300 000 envahisseurs musulmans auront atteint le pays en 2015 (lire ici).

De son côté, la Slovaquie, par la voix de son premier ministre Robert Fico, a annoncé refuser toute immigration musulmane dans le pays (lire ici) :

«La Slovaquie est un pays chrétien, et nous ne pouvons tolérer l’afflux de 300 ou 400.000 migrants musulmans qui vont commencer à construire des mosquées partout et essayer de changer la nature, la culture et les valeurs de notre pays.»

Même son de cloche en Tchéquie où le “Bloc contre l’Islam” a receuilli 145 000 signatures contre l’accueil d’envahisseurs musulmans. Le président Tchèque, Milos Zeman a également estimé que «les réfugiés issus d’un milieu culturel complètement différent ne seraient pas dans une bonne position en République tchèque».

Le gouvernement bulgare, parfaitement au fait des us et coutumes des musulmans pour avoir été brutalement occupés par les Turcs pendant des siècles, a une position identique. Ainsi Boyko Borissov, le premier ministre bulgare, déclarait récemment lors d’un sommet européen :

« Si d’autres musulmans arrivent de l’étranger, cela changera radicalement la démographie du pays »

Les services secrets du pays auraient dit à Boyko Borissov qu’« entre un et deux millions de migrants attendent de l’autre côté ». « Si 100 000 d’entre eux arrivent en Bulgarie, nous sommes finis », a-t-il commenté (source).

La France s’en prend aux Européens de l’Est

C’est dans ce contexte que le gouvernement socialiste français a entrepris d’attaquer les pays d’Europe de l’Est ou Centrale qui refusent de se laisser submerger par le tiers-monde afro-islamique.

Le journal Le Monde évoque les propos de Laurent Fabius, tenu hier (source) :

« On ne respecte pas les valeurs de l’Europe en posant des grillages qu’on ne ferait pas pour des animaux. » C’est avec ces mots très durs que Laurent Fabius a dénoncé, dimanche 30 août, l’attitude de la Hongrie face à l’afflux de migrants. Le ministre des affaires étrangères français a critiqué le mur anti-migrants achevé la veille à la frontière entre la Hongrie et la Serbie, qu’il faudrait, selon lui, démanteler.

Et d’exiger au surplus qu’aucun pays européen ne puisse repousser l’envahisseur :

Concernant les demandeurs d’asile, « il faut pouvoir les accueillir, il faut que chaque pays réponde » aux demandes, a-t-il affirmé, dénonçant ceux, comme la Hongrie, qui ne l’acceptaient pas :

« Quand je vois un certain nombre de pays d’Europe, en particulier à l’Est, qui n’acceptent pas les contingents [de répartition des exilés], je trouve ça scandaleux. »

Au demeurant, l’usage du terme frauduleux « exilés » signe, s’il en était besoin, l’entrepris de désinformation à laquelle se livre le gouvernement français sur le sujet.

La Hongrie convoque les diplomates français

Mais la Hongrie, loin d’accepter les ordres du gouvernement français, a dénoncé l’attitude de ce dernier :

A la suite de ces critiques jugées « choquantes », le ministre hongrois des affaires étrangères Peter Szijjarto a annoncé dans un communiqué avoir convoqué lundi un représentant de l’ambassade de France à Budapest.

« Il apparaît que certaines personnes en Europe sont toujours incapables de comprendre quelle pression stupéfiante et dramatique subit la Hongrie du fait de la migration via les Balkans de l’Ouest ».

Et d’ajouter que le devoir de la Hongrie, loin de laisser le continent être envahi par les masses afro-musulmanes, était au contraire de les repousser sans discussion :

« Un bon Européen est celui qui suit les règles de l’Europe » en vertu desquelles « tous les membres de l’UE s’engagent à protéger leurs propres frontières ainsi que celles extérieures de l’UE », a poursuivi le ministre selon lequel « la Hongrie fait cela et par conséquent remplit aussi ses engagements envers l’Union » européenne.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments