« La submersion migratoire menace aussi la Bretagne ! » (Vidéo / Gilles Pennelle)

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (05/09/2015) Gilles Pennelle, tête de liste aux élections du parlement régional pour le Front National, a souligné le danger que représentait l’immigration massive pour la population bretonne.

Le danger de l’immigration extra-européenne

« L’immigration que connaissons aujourd’hui menace notre identité, notre sécurité » a déclaré M. Pennelle. « Le projet de la caste politique est très clair, il faut les [les « migrants », ndlr] disperser sur le territoire… Nous n’en voulons pas ! » a-t-il encore insisté, soulignant par ailleurs qu’il serait « le seul à mettre ce thème au centre » des élections régionales de décembre prochain.

Le candidat frontiste est en effet mal à l’aise par rapport à ses concurrents lors de ces élections. Le FN connait une radicalisation centraliste et étatiste depuis que Florian Philippot, un énarque chevénementiste, est devenu l’éminence grise du parti. Une évolution marquée par l’adoption d’une rhétorique résolument hostile aux identités enracinées comme au fédéralisme démocratique de « type suisse », lui préférant une fuite en avant jacobine et parisiano-centrée.

Cette évolution est particulièrement handicapante en Bretagne où l’opinion publique, surtout chez les jeunes générations, adhère de plus en plus fortement au discours identitaire et se montre également demandeuse d’une rupture politique à caractère autonomiste voire indépendantiste, comme l’indiquent des sondages récents sur ces questions. Une évolution de long terme que l’on retrouve au plan européen (Catalogne, Ecosse, etc.) qui est recoupée par une forte demande de démocratie directe.

Une mutation que les principaux candidats comme Marc Le Fur – qui se déclare régionaliste – Jean-Yves Le Drian ou Christian Troadec n’ont pas manqué d’observer.

Gilles Pennelle peut en revanche aborder une question abandonnée par les autres candidats : l’immigration de peuplement. Un sujet qui là encore tend à devenir central pour les nouvelles générations, en cohérence avec leur adhésion au discours identitaire. A ce jour, seul le candidat du FN a jugé utile de s’engager sur cette question.

Silence des opposants

La tête de liste Front National peut en effet pointer du doigt, sans grande difficulté, l’incohérence de ses opposants socialistes ou de centre-droit qui utilisent la thématique identitaire bretonne à des fins de communication politique mais ne voient aucun problème dans le remplacement de population actuellement en cours sur le territoire breton.

Un remplacement qui implique essentiellement des masses afro-musulmanes, avec pour conséquence l’explosion de la violence, de la criminalité et du radicalisme musulman, comme les émeutes ou la création d’une école coranique salafiste à Brest l’ont encore récemment démontré.

L’introduction de la thématique migratoire dans le débat sera à n’en pas douter une grande nouveauté dans le paysage politique et médiatique breton, lequel est encore dominé par la gauche et le PSF d’une part et la bonne bourgeoisie centriste de l’autre. A n’en pas douter, Gilles Pennelle ne risque pas de voir une surenchère de la part de ses concurrents sur ce terrain-là.

Et la tête de liste FN pourra, non sans malice, souligner l’incohérence d’un Christian Troadec maudissant la progression du chômage en Bretagne tout en étant, sur pression de son extrême-gauche, un ardent partisan de l’immigration allogène. Une politique d’immigration qu’il a mis en oeuvre dans sa ville de Carhaix, avec pour résultat la tiers-mondisation progressive de cette petite ville du Kreiz-Breizh.

SHARE
Avis aux lecteurs : Si vous désirez informer la population bretonne de faits occultés par les médias d'état (insécurité, islamisme, immigration clandestine, corruption), vous pouvez contacter notre rédaction sur notre page Facebook (voir ici) ou à notre adresse email : redactionbreizatao@gmail.com.