Schengen s’effondre : L’Autriche va construire un mur contre l’invasion migratoire
Posted by La Rédaction on 28th octobre 2015
| 336 views

6554954-3x2-940x627

BREIZATAO – ETREBROADEL (28/10/2015) Sans surprise, le traité de Schengen est en train de s’effondrer sous le poids de la politique d’immigration maximale voulue par le chancelière allemande, Angela Merkel. Après avoir violemment dénoncé le mur érigé par le gouvernement hongrois, l’Autriche capitule et vient d’annoncer la construction du sien.

Pour rappel, au mois de septembre dernier, le chancelier autrichien, Werner Fayman, vitupérait encore contre le Premier ministre hongrois Viktor Orban et sa politique de protection des frontières de la Hongrie.

CCTV (source) :

Dans un communiqué de presse jeudi, le chancelier Faymann a rappelé que les lois devaient être respectées, et « cela compte à la fois pour les régulations de Schengen et de Dublin ainsi que pour les droits de l’homme et le droit d’asile ».

Il a en plus critiqué la clôture que la Hongrie a construite à sa frontière avec la Serbie, qui, même si elle est légalement possible, n’a « très évidemment pas empêché l’entrée des réfugiés en Hongrie ».

Le chancelier socialiste autrichien allait un peu vite en besogne. Comme nous le rappelions récemment (lire ici), depuis la construction du mur hongrois, le nombre d’immigrés pénétrant en Hongrie est tombé à presque zéro.

Un mois plus tard, le même gouvernement autrichien qui exigeait de Viktor Orban qu’il cesse d’empêcher l’invasion de l’Europe, est contraint à une pitoyable capitulation.

Le Figaro (source) :

Une barrière entre l’Autriche et la Slovénie

L’Autriche va édifier une barrière le long de sa frontière avec la Slovénie, également membre de l’Union européenne. «Il s’agit d’assurer une entrée ordonnée, contrôlée dans notre pays, et non pas de fermer la frontière», a expliqué la ministre de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, interrogée ce mercredi à la télévision Oe1. Elle n’a cependant pas donné de précisions sur la forme que prendrait cette barrière qui, selon plusieurs médias, s’étendra sur plusieurs kilomètres de part et d’autre du point de passage de la frontière.

La conséquence logique de ce revirement autrichien va rapidement prendre la forme d’une pression de plus en plus forte sur la Slovénie, incapable de laisser transiter les migrants musulmans vers l’Autriche puis l’Allemagne. Un effet domino va donc inévitablement se produire, chaque pays des Balkans allant, à court terme, suivre l’attitude de l’Autriche et retourner vers son voisin les masses immigrées et ce jusqu’en Grèce.

Schengen se retrouve donc de fait aboli. Et il ne va pas falloir attendre très longtemps avant que l’opinion publique ne désigne la principale responsable de ce fiasco géopolitique : Angela Merkel.

Un mouvement qui devrait cependant ne pas décourager les migrants de trouver de nouvelles routes pour rejoindre l’Allemagne et la Suède. Notamment par la Roumanie, l’Ukraine, la Slovénie, la Pologne ou encore la Tchéquie.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments