Turquie : Le président islamiste avait menacé Bruxelles 4 jours avant les attentats

erdogan

BREIZATAO – ETREBROADEL (28/03/2016) Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, avait clairement menacé l’Europe et la ville de Bruxelles d’attentats lors d’un discours tenu le 18 mars, soit 4 jours avant les attaques djihadistes.

Le président islamiste turc avait menacé

Ce discours intervenait lors d’une commémoration de la victoire ottomane contre les Alliés à Galipoli, en 1915.


Erdogan [4 Days Ago] Threaten Brussels… by spamista

Texte de l’extrait :

« Je vais vous dire que l’Europe devra affronter de nombreuses attaques terroristes si elle ne travaille pas en étroite collaboration avec nous. Le sang inondera les rues des capitales comme Bruxelles et d’autres villes européennes s’ils ne soutiennent pas et n’acceptent pas l’aide que nous leur avons proposée. Nous verrons dans les jours prochains s’ils saignent comme les autres ou non. »

Ce discours faisait suite à un ultimatum posé le 17 mars, la veille, à l’Union Européenne lors du sommet UE-Turquie. Il s’agissait pour Erdogan et son gouvernement islamiste d’imposer l’ouverture des frontières du continent aux Turcs mais aussi d’obtenir le soutien des Européens contre les Kurdes.

Le Roi Abdallah de Jordanie accuse Erdogan

Ce discours intervient alors que le Roi Abdallah de Jordanie a vu des révélations faites à des parlementaires américains être publiées dans la presse britannique.

Sputnik News relate des extraits de l’article du Guardian (source) :

Entre le 11 et le 17 janvier 2016, le roi Abdallah II a informé les membres du congrès américain que, depuis le début de l’année, les forces du SAS ont été déployées en Libye. Selon le journal, le roi a également mis en garde les hommes politiques américains sur les dangers posés par le dirigeant turc.

Ainsi, le chef de l’Etat jordanien a déclaré que le président turc Recep Tayyip Erdogan « croyait en une solution islamiste radicale aux problèmes régionaux ». Le roi Abdallah II a noté que « le fait que les terroristes soient envoyés en Europe fait partie de la politique turque, et la Turquie reçoit une tape sur les doigts, mais elle s’en tire toujours ».

La Turquie islamiste soutient l’Etat Islamique

Les liens de l’AKP, le parti islamiste au pouvoir en Turquie, avec l’Etat Islamique sont désormais largement connus. Notamment le trafic de pétrole depuis l’Irak et la Syrie vers la Turquie, sous la supervision du fils de Recep Tayiip Erdogan, Bilal Erdogan (voir ici).

Il semble cependant qu’une véritable alliance stratégique, tournée contre l’Iran et Bachar Al Assad, existe entre la Turquie et l’Etat Islamique. Au point de créditer l’hypothèse d’un encadrement par les services de renseignement turcs des cellules djihadistes en Europe.

Erdogan se servirait des djihadistes pour faire chanter l’UE afin qu’elle soutienne ses buts de guerre stratégiques en Syrie et en Irak, mais aussi face à la Russie.

La probabilité que les attentats contre Charlie Hebdo, le Bataclan et Bruxelles impliquent Ankara est forte. Elle fait suite à la réorientation de la diplomatie américaine et européenne sur le dossier syrien et sur le soutien des USA, de l’UE et de la Russie aux Kurdes contre l’État Islamique.

SHARE
Avis aux lecteurs : Si vous désirez informer la population bretonne de faits occultés par les médias d'état (insécurité, islamisme, immigration clandestine, corruption), vous pouvez contacter notre rédaction sur notre page Facebook (voir ici) ou à notre adresse email : redactionbreizatao@gmail.com.