Brest : L’extrême-gauche prend pour cible les postes de police de la ville

6a28e57b-9e71-438b-ae0d-77d14adfb93f_800

BREIZATAO – POLITIKEREZH (20/05/2016) Les factieux d’extrême-gauche de la ville de Brest ont pris pour cible différents bâtiments de la police de la ville. C’est la même nébuleuse qui agite les migrants clandestins régulièrement (voir ici) et qui avait pris la défense de l’imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa (lire ici).

Le Télégramme rapporte (lire ici) :

Le commissariat central de Brest, mais aussi les deux bureaux de police de Saint-Martin et Recouvrance ont été pris pour cible dans la nuit de jeudi à vendredi, par une trentaine de personnes encagoulées et scandant sa « haine des flics ».

Un groupe d’une trentaine d’individus encagoulés a débarqué à 20h30, devant le commissariat central, rue Colbert. La bande a commencé à toiser les policiers, en scandant des insultes, et en accrochant une banderole sans équivoque contre les grilles.

D’autres banderoles du même type ont ensuite été posées devant la sous-préfecture, puis devant le tribunal de grande instance, avant de rejoindre la faculté de lettres.

Alors que le calme semblait revenu, c’est beaucoup plus tard dans la nuit, vers 1h, qu’ils sont réapparus devant le bureau de police de Saint-Martin. Là, ils ont inscrits des tags et brisé deux vitres du rez-de-chaussée. Puis, à 2h30, les mêmes tags ont été retrouvés sur le bureau de police de Recouvrance.

« Une réponse à notre mobilisation de mercredi »

Pour Stéphane Andry, du syndicat de police Alliance, « ces actes d’anarchistes sont clairement une réponse à notre mobilisation de mercredi ». Ce jour-là, les policiers avaient dénoncé « la haine des flics ».

Les groupuscules anarcho-communistes bénéficient d’une impunité de fait à Brest grâce à la bienveillance du maire socialiste, François Cuillandre. Lors de l’interruption d’un conseil municipal il y a quelques mois par l’extrême-gauche, l’édile avait refusé de procéder à l’évacuation des factieux accompagnés de clandestins musulmans, ceci alors qu’il était pourtant l’objet de menaces physiques (lire ici).

SHARE
  • La canaille rouge voit bien l’impunité dont elle bénéficie. Archi photographiés par des journalistes qui ne sont pas à 2 kilomètres avec des téléobjectifs, ces racailles sont évidemment très identifiables et pourraient bien sûr être interpelées !

  • ces crapules sont deja identifiées