LATEST NEWS
Trebeurden (Côtes d’Armor) : Après les violences de l’extrême-gauche pro-migrants, le préfet dénonce… le Front National
Posted by La Rédaction on 16th octobre 2016
| 1234 views

naturalisation-sur-fond-d-actualite_2270876_660x372

Le préfet français Pierre Lambert (à gauche) est occupé à tiers-mondiser les Côtes d’Armor

BREIZATAO – POLITIKEREZH (16/10/2016) Si nos lecteurs avaient encore besoin d’une preuve démontrant la duplicité existant entre le gouvernement central et les marginaux d’extrême-gauche, Pierre Lambert, préfet représentant le gouvernement d’occupation dans le département des « Côtes d’Armor », vient de leur apporter.

Rappelons que vendredi 14 octobre, environ 60 élus et militants du Front National français s’étaient rassemblés à Trebeurden puis Tregastel pour manifester leur opposition à l’implantation illégitime et illégale de dizaines de clandestins musulmans candidats à la colonisation.

Face à eux, 250 éléments de la nébuleuse marxiste s’étaient manifestés, agressant deux élues et trois militants de ce parti. Le représentant du gouvernement français a réagi dans le journal socialiste « Le Télégramme », accusant les militants pacifiques du FN d’être le véritable problème (source) :

Manifestement irrité par l’attitude des opposants à la venue de la soixantaine de migrants qui sont attendus prochainement dans le Trégor (30 à Trébeurden, 30 à Trégastel) en provenance de Calais, le préfet ne mâche pas ses mots. « Ce qui s’est passé hier (vendredi) n’est pas acceptable. Il n’est pas question que de la violence et de l’intimidation s’installent. Je ne vais pas accepter d’entrer dans une guerre idéologique. Il n’est pas concevable de faire peur au gens et de pousser l’opinion locale à avoir peur. On voit bien derrière cela le piège qui existe alors que des élections s’annoncent en 2017. Nous allons faire notre devoir d’accueil. Il s’agit de mesures de mise à l’abri. Rappelons que par le passé Saint-Brieuc a déjà vu l’arriver de 1.300 réfugiés espagnols, là ce ne sont que 60 personnes ».

Il n’y a aucun « devoir d’accueil ». Cette politique n’a jamais reçu le moindre aval de la part population, population que le gouvernement français a systématiquement empêché de s’exprimer, surtout quand des maires voulaient la consulter sur la question. Les préfets mandatés par Paris n’ont d’ailleurs aucune espèce de légitimité démocratique en Bretagne, ceux-ci n’étant pas élus par la population.

Parmi les 250 partisans de la colonisation afro-musulmane présents à Tregastel, des communistes connus pour leur passé terroriste, dont Gaël Roblin et ses compagnons de route (lire ici).
Ces bandes ont effectivement agressé des élus et manifestants proches du FN qui sont toujours demeurés pacifiques. Comment 60 militants du Front National, dont des élues, auraient pu s’en prendre à 250 anarcho-communistes enragés ?
Un simple visionnage du reportage sur place suffit à démonter la désinformation préfectorale :

Cette accusation de la part de Lambert est évidemment politique et idéologique. Elle démontre l’alliance objective entre le gouvernement central et ces idiots utiles locaux.
Ce qui est en jeu, en réalité, c’est la mise en œuvre du plan négocié entre Paris et Berlin autour de la répartition des colons afro-musulmans qui déferlent sur l’Europe. Il s’agit pour Berlin, Paris et Bruxelles de sauver l’UE et les puissants intérêts financiers qu’elle protège. La nation bretonne n’a jamais pu décider librement de ses positions sur cette question décisive, à la différence de la Slovaquie ou de la Hongrie.
Instrumenter quelques centaines de socialo-communistes, appuyés par la presse d’état, sert à donner le change et à tenir en respect la population.
Nous devons mettre un terme à cette imposture et rapidement. Le peuple breton réalise que le gouvernement français mène contre lui une guerre d’éradication physique par remplacement de population. Aucune campagne mensongère ne l’empêchera de prendre conscience de cette réalité.
La résistance doit s’amplifier.

Comments

comments