Brest : Nouvelle vague d’incendies de terreur autour des quartiers afro-musulmans de Kerourien et Pontanezen
Posted by La Rédaction on 19th décembre 2016
| 951 views

Cuicui Land : dernier volet de l’expérience socialiste

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (19/12/2016) Une nouvelle vague d’incendies de véhicules a touché la ville de Brest où le phénomène se banalise dans l’indifférence de la municipalité socialiste.

Trois voitures incendiées près du quartier musulman de Pontanezen

C’est d’abord la rue du Torpilleur Sirocco qui a été frappée. On dénombre trois véhicules détruits par les flammes. La rue est située non loin de l’enclave afro-musulmane de Pontanezen où officie le prédicateur salafiste Rachid Abou Houdeyfa :

L’enclave de Kerourien également touchée

Dans le même temps, l’enclave ethnique de Kerourien était également la cible d’incendies de véhicules :

Comme nous avons eu l’occasion de le détailler dans une série d’articles, l’enclave allogène de Kerourien est travaillée par des trafiquants de drogue musulmans (lire ici et ici). Les incendies de terreur y sont récurrents (lire ici).

L’indifférence de la municipalité socialiste a puissamment encouragé les auteurs dans leur entreprise de mise en coupe réglée de ces quartiers.

Les habitants, excédés, veulent partir

Sur les réseaux sociaux, les réactions des habitants oscillent entre colère et lassitude. Un Brestois, Stéphane, écrit ainsi :

Ça devient pitoyable. Faut fuir cette ville vu que ça continue tous les jours et rien est fait !

Eddy ajoute :

Ils s’en prennent aux gens qui veulent être au calme, comme d’habitude.

Un autre écrit encore, sans mâcher ses mots :

Putain ! Encore heureusement j’ai fui ce quartier de merde et cette ville !

L’image de Brest s’est rapidement détériorée ces dernières années à mesure que l’immigration africaine et musulmane modifiait en profondeur la sociologie de la ville. Outre le trafic de drogue ou les violences urbaines et autres meurtres (voir ici), l’islam radical a opéré une percée sous l’œil complaisant de la municipalité socialiste.

Les divers réseaux d’immigration clandestine opèrent au grand jour sans craindre de réactions de la mairie PSF et ce pour une bonne raison : elle les finance parfois elle-même (voir ici).

Cuicui Land

Il y a un peu plus d’un an, près de 8000 Brestois avaient signé une pétition contre la progression fulgurante de la violence au quotidien (source), sans succès. Le maire socialiste, François Cuillandre, est un doctrinaire du laxisme en matière de sécurité, espérant ainsi s’attirer les faveurs de l’extrême-gauche.

Il a refusé, par principe, la vidéosurveillance. Les propositions de création d’une police municipale sont régulièrement rejetées en bloc par l’intéressé qui évoque des faits « exceptionnels » pour se défausser. La municipalité ne réagit d’ailleurs que rarement sur ces incendies de terreur.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments