En reconnaissant la légalité de l’annexion de la Crimée, Marine Le Pen valide l’indépendance de la Calédonie, de la Corse ou de la Bretagne
Posted by La Rédaction on 4th janvier 2017
| 353 views

BREIZATAO – ETREBROADEL (04/01/2017) La présidente du Front National, Marine Le Pen, a admis la légalité de l’annexion de la Crimée par la Fédération de Russie, validant du même mouvement l’auto-détermination des nations européennes encore sans état, dont celle de la Bretagne, de la Corse ou de la Nouvelle-Calédonie.

RTBF (source) :

« Je ne crois absolument pas qu’il y a eu une annexion illégale: il y a eu un référendum, les habitants de Crimée souhaitaient rejoindre la Russie », a affirmé la patronne du parti Front national sur la radio RMC et BFM TV. « Je ne vois pas ce qui justifie de remettre en cause ce référendum », a-t-elle insisté, estimant en réponse à une question que « oui » la Crimée faisait à ses yeux partie intégrante de la Russie.

L’annexion de la Crimée, majoritairement de peuplement russe, avait été réalisée contre le droit international actuellement en vigueur comme l’a formalisé la résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU 68/262 du 27 mars 2014.

En appuyant sa démarche sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, la république de Crimée, sitôt son autodétermination acquise, signait un traité d’annexion avec la Fédération de Russie (source).

Cette révision des frontières russo-ukrainiennes par la Russie et la Crimée, en dépit de l’opposition de l’Ukraine, a puissamment contribué à faire prévaloir la légitimité du fait ethnique comme base de tout état démocratique en lieu et place de frontières administratives arbitrairement tirées par des états artificiels.

Précédent majeur

La position du Front National sur cette question ne manquera pas de mettre en lumière le double-discours du FN quant aux pays que l’État Français occupe lui-même. Et affaiblira en conséquence la position du gouvernement français au plan international si le FN accède au pouvoir en 2017.

Le Front National n’a jamais récusé l’annexion illégale de Mayotte par la France, reconnue comme telle par l’ONU (source).

Le référendum prévu par les Accords de Nouméa en Nouvelle-Calédonie d’ici à décembre 2018 n’a pas davantage les faveurs du FN qui assure que cette île, située au large de l’Australie, est un « territoire français » au même titre que l’Auvergne (source).

Difficile d’expliquer à l’ONU et à la communauté internationale que le séparatisme de la Crimée et son annexion par la Russie est légale au regard du droit international tout en affirmant que les nations administrées par le gouvernement français n’ont aucun droit à le faire.

L’annexion de la Crimée : un tournant

Le FN, en soutenant l’approche diplomatique russe, valide ipso facto la lutte des nations encore occupées et illégitimement annexées par la république française.

C’est là une des conséquences du tournant qu’a constitué la Crimée. Au surplus, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’a de cesse de gagner en force. La Catalogne ou l’Ecosse – pour ne citer qu’eux – démontrent en effet que les vieux états artificiels comme le Royaume-Uni ou l’Espagne sont des réalités en voie d’être dépassées.

La Corse suit de près cette évolution, à l’instar de la Kanaky. En somme, la position du Front National est une nouvelle fois très positive pour les nations encore sous tutelle hexagonale.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments