France : « Demain tout commence », le nouveau film antiraciste pour mâle blanc beta
Posted by La Rédaction on 6th janvier 2017
| 782 views

BREIZATAO – ETREBROADEL (07/01/2017) Une nouvelle « production cinématographique » hexagonale visant le grand public promeut l’africanisation finale du pays par métissage complet.

Synopsis (source) :

Samuel vit sa vie sans attaches ni responsabilités, au bord de la mer sous le soleil du sud de la France, près des gens qu’il aime et avec qui il travaille sans trop se fatiguer. Jusqu’à ce qu’une de ses anciennes conquêtes lui laisse sur les bras un bébé de quelques mois, Gloria : sa fille ! Incapable de s’occuper d’un bébé et bien décidé à rendre l’enfant à sa mère, Samuel se précipite à Londres pour tenter de la retrouver, sans succès. 8 ans plus tard, alors que Samuel et Gloria ont fait leur vie à Londres et sont devenus inséparables, la mère de Gloria revient dans leur vie pour récupérer sa fille…

Le seul moteur du film : une blonde est engrossée par un africain qui s’avère être un « père idéal ».

Demain commence la mort raciale de la France, en effet. Nul ne peut plus feindre de ne pas voir ou comprendre le programme politique mis en œuvre.

Citons la critique d’un spectateur (source) :

J’allais voir une nouveauté et en fait c’est le remake d’un film mexicain (Ni repris ni échangé) que j’avais déjà vu. Du coup, plus aucune surprise car le film français reprend point par point son homologue étranger.

Pas point par point : en mettant en scène une mulâtresse et son père africain, le thème véritable et sous-jacent du film n’est plus le « drame familial » mais bien la célébration de la créolisation raciale de l’Hexagone.

Dès que ce sujet est traité par la propagande, le métissage est toujours celui d’une blanche, si possible blonde, avec un subsaharien. La faiblesse d’esprit de l’africain, parfaitement intégrée par le public, notamment féminin, permet de neutraliser la crainte que génèrent par ailleurs les arabes ou maghrebins musulmans. Le subsaharien, présenté en enfant rigolard et inoffensif, rassure les hésitants, exaltent les religieux du communisme racial.

Le noir est ainsi sciemment instrumentalisé pour associer l’image de l’immigré à celle d’un mâle beta bienveillant, laissant entrevoir une invasion pacifique et « bénéfique ». Ce film réalisé par des mâles betas – voire homosexuels – pour des mâles betas et des femmes blanches en manque de maternage, respecte cette orthodoxie psycho-idéologique.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments