Bachar el-Assad invite les Français a s’informer via les « médias alternatifs » pour échapper aux « mensonges » pro-djihadistes
Posted by La Rédaction on 10th janvier 2017
| 862 views

BREIZATAO – ETREBROADEL (10/01/2017) Le président syrien Bachar el-Assad a accordé une interview à la radio française RTL. Dans cet entretien, le chef de l’état syrien est revenu sur un point important de la guerre : l’échec des médias d’état à imposer leur discours en faveur de l’insurrection djihadiste.

Russia Today (source) :

S’adressant aux citoyens français, Bachar el-Assad leur a enjoint de «chercher la vérité, à chercher les vraies informations par eux-mêmes et grâce aux médias alternatifs». Le président syrien estime en effet que la guerre syrienne aura signé «l’échec des médias de masse en Occident»«Le récit qu’ils ont élaboré a été explosé face à la réalité», a-t-il estimé, précisant que si les citoyens français étaient mieux informés, ils pourraient faire en sorte «ne pas permettre que certains politiciens fondent leur politique sur des mensonges».

Le président syrien a ajouté :

«La question pour les Français est : après six ans, vous sentez-vous davantage en sécurité ? Je ne crois pas que la réponse soit positive», a-t-il déclaré, allant plus loin encore dans son analyse de la situation en France : «Le problème de l’immigration a-t-il amélioré votre situation ? Je ne crois pas non plus», a-t-il ajouté.

Dès 2011, nous informions nos lecteurs de l’entreprise de déstabilisation de la Syrie par le gouvernement français à l’instar des médias alternatifs en ligne (voir ici). Dans le même temps, les médias d’état tentaient d’embrigader l’opinion publique en faveur de la guerre secrète pro-djihadiste menée contre ce pays. Le récent déchaînement de propagande des médias français pour al-Qaida à Alep l’a encore démontré.

Peu nombreux sont ceux qui ont fait état de la coordination entre le gouvernement français et l’état terroriste saoudien en faveur de la partition de la Syrie en faveur de l’Etat Islamique, ni du rôle clef joué par Le Drian dans cette terrible affaire (lire ici).

Le président syrien a donc raison : sans l’alliance infernale entre les médias du système, financés directement par le gouvernement et les pétromonarchies du Golfe, jamais Paris n’aurait pu soutenir aussi longtemps les égorgeurs et coupeurs de tête du djihadisme international.

Manuel Valls n’aurait pu ostensiblement refuser la coopération avec Damas pour repérer et neutraliser les djihadistes hexagonaux qui, plus tard, commettraient des assassinats de masse en France (source).

En d’autres termes, sans la couverture offerte par le systéme médiatique officiel, le gouvernement socialiste français n’aurait pu impunément laisser tuer des centaines de gens en échange de l’alliance saoudo-qatarie et des contrats d’armement ou énergétiques l’accompagnant.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments