INFOS
Ca c’est la France, BREIZH c’est autre chose … Ca c'est la France, BREIZH c'est autre chose Espoir déçu pour le harki communiste Broudic Sur le plan français: un large Front Autonomiste "Le graphisme militant d'une carte de voeux": réagissons face à une nouvelle provocation Informations générales sur Françoise Morvan (communication) Les curieuses méthodes de M. Sidi Elemine BAHASKER Un militaire breton blessé en Afghanistan Après 250 morts et 800 blessés, Hollande répond à Trump au sujet de Paris : « Ici, il n’y a pas de personnes qui prennent des armes pour tirer dans la foule » Immigration, islamisme, terrorisme : Pour Trump, « Paris n’est plus Paris » (vidéo) Italie : Ils refusent d’obéir aux musulmans et d’enlever le crucifix, leur pizzeria incendiée Danemark : Une première en 50 ans, un homme poursuivi pour « blasphème » (contre l’islam) Révélations : « Théo » Luhaka a escroqué 52 000 d’euros à l’état, sa famille plus de 600 000 euros Autriche : Le gouvernement socialiste fait un pas vers la préférence nationale pour l’emploi Gras de Douarnenez : Le gouvernement français interdit l’alcool aux Bretons, bannit les déguisements se moquant de l’islam 6 millions de migrants afro-musulmans sur le point d’envahir l’Europe (Services secrets allemands) « Kroaz Du » : Les hyènes marxistes s’égarent encore sur le drapeau de combat nationaliste Un assistant parlementaire musulman d’un sénateur socialiste interpellé pour son appartenance à la mouvance djihadiste
Bruno Retailleau exige que les journalistes « cessent d’enquêter » sur Fillon
Posted by La Rédaction on 8th février 2017
| 269 views

BREIZATAO – POLITIKEREZH (08/02/2017) Bruno Retailleau, notoirement connu par les Bretons comme ennemi infatigable de la réunification de leur pays, s’est une nouvelle fois illustré en tant que porte-parole de François Fillon.

Ce dernier, embourbé dans plusieurs scandales liés à divers emplois présumés fictifs, ne parvient pas à relancer sa campagne pour les élections présidentielles hexagonales. Bruno Retailleau exige  désormais que l’opinion publique cesse de s’intéresser aux pratiques de l’ancien premier ministre.

« Je demande aux journalistes d’arrêter » a t’il tonné.

Faute d’argument, cette demande risque de n’être guère suivie d’effet.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments