INFOS
Ca c’est la France, BREIZH c’est autre chose … Ca c'est la France, BREIZH c'est autre chose Espoir déçu pour le harki communiste Broudic Sur le plan français: un large Front Autonomiste "Le graphisme militant d'une carte de voeux": réagissons face à une nouvelle provocation Informations générales sur Françoise Morvan (communication) Les curieuses méthodes de M. Sidi Elemine BAHASKER Un militaire breton blessé en Afghanistan Australie : Le chef de la certification halal veut faire « féconder les blanches par des musulmans » et expulser les hommes blancs du pays Facebook a censuré 70,000 comptes critiquant Emmanuel Macron pendant les élections présidentielles «On va aller les chercher» : Macron veut transférer les migrants musulmans directement en France depuis la Libye et le Niger « L’Europe ne pourra jamais digérer l’adhésion de la Turquie » (Premier ministre socialiste autrichien) Face à la France musulmane, le séparatisme breton devient plus que jamais la seule alternative Quimper : L’opération immobilière opaque de l’ex-député PS Jean-Jacques Urvoas suscite la controverse Le maire du village natal de Jeanne d’Arc veut accueillir plus de 50 migrants musulmans clandestins Interpellé pour s’être opposé à l’immigration clandestine, le septuagénaire finit sa garde-à-vue à l’hôpital Lyon : En djellaba et brandissant un coran, il tente de poignarder un policier au cri de « allah akbar » Espagne : Un marocain attaque un policier au couteau au cri de « allah akbar »
Le député autonomiste Paul Molac rejoint Le Drian dans sa rupture avec le Parti Socialiste Français
Posted by La Rédaction on 18th mars 2017
| 332 views

BREIZATAO – POLITIKEREZH (18/03/2017) Paul Molac, député de la 4ème circonscription du Morbihan affilié au Parti Socialiste Français, ex-UDB, a annoncé son ralliement à la candidature d’Emmanuel Macron. Une décision qui, pour ce proche de Jean-Yves Le Drian également conseiller « régional », crédite l’idée de la constitution d’un rassemblement d’élus de gauche en rupture avec le PSF.

C’est sur son site internet officiel que Paul Molac a expliqué sa démarche (source) :

L’élection présidentielle d’avril est celle de tous les dangers. Elle est atypique, déroutante, lourde de menaces comme la suppression des régions, donc de la Bretagne pour Mme Le Pen, ou la régression sociale pour M. Fillon. L’idée même d’avoir un second tour avec ces deux protagonistes est pour moi inconcevable.

Il poursuit en apportant son soutien à l’ancien ministre de l’Économie :

Chez les autres candidats, la cohérence de mes convictions régionalistes, économiques, sociales et environnementales n’est pas intégralement représentée. Mais, après avoir pris le temps d’étudier leurs différents programmes, j’ai décidé d’apporter mon soutien à Emmanuel Macron pour qui je voterai dès le premier tour de l’élection Présidentielle. Emmanuel Macron est le candidat dont les idées sur la ruralité, l’organisation territoriale et l’activité économique sont les plus proches des miennes.

Paul Molac, qui n’a pas mentionné le nom du Parti Socialiste une seule fois non plus que celui de son candidat, Benoît Hamon, conclut :

Comme moi, c’est un homme libre des logiques partisanes qui cherche à rassembler, son indépendance d’esprit doit nous permettre de faire évoluer le pays vers une organisation des territoires propice aux acteurs locaux et à une amélioration de la qualité de vie pour le plus grand nombre. Choisir un candidat à l’élection présidentielle aujourd’hui, dans ce moment d’incertitude politique, c’est engager le dialogue au service des citoyens.

Après cinq ans au sein de la majorité socialiste à l’assemblée nationale française, Paul Molac a opté pour la rupture, la plaçant dans le « refus des logiques » de partis.

Mais Paul Molac est surtout un soutien fidèle de Le Drian qu’il a suivi lors des élections « régionales » de 2015, rompant avec la formation régionaliste et néo-communiste « UDB » qui exigeait un virage gauchiste.

Cette décision du député – qui aime à se présenter comme « autonomiste » – s’inscrit plus probablement dans le processus de sécession de l’actuel président de Bretagne vis-à-vis du PSF.

Il s’agit là de la constitution d’un front d’élus bretons fidèles à Jean-Yves Le Drian, décidés à le suivre dans sa stratégie pour le moins audacieuse de soutien à Emmanuel Macron.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments