INFOS
Ca c’est la France, BREIZH c’est autre chose … Ca c'est la France, BREIZH c'est autre chose Espoir déçu pour le harki communiste Broudic Sur le plan français: un large Front Autonomiste "Le graphisme militant d'une carte de voeux": réagissons face à une nouvelle provocation Informations générales sur Françoise Morvan (communication) Les curieuses méthodes de M. Sidi Elemine BAHASKER Un militaire breton blessé en Afghanistan «On va aller les chercher» : Macron veut transférer les migrants musulmans directement en France depuis la Libye et le Niger « L’Europe ne pourra jamais digérer l’adhésion de la Turquie » (Premier ministre socialiste autrichien) Face à la France musulmane, le séparatisme breton devient plus que jamais la seule alternative Quimper : L’opération immobilière opaque de l’ex-député PS Jean-Jacques Urvoas suscite la controverse Le maire du village natal de Jeanne d’Arc veut accueillir plus de 50 migrants musulmans clandestins Interpellé pour s’être opposé à l’immigration clandestine, le septuagénaire finit sa garde-à-vue à l’hôpital Lyon : En djellaba et brandissant un coran, il tente de poignarder un policier au cri de « allah akbar » Espagne : Un marocain attaque un policier au couteau au cri de « allah akbar » « Vive le Québec libre ! » : Quand l’imposture De Gaulle se couvrait de ridicule en Bretagne Le gouvernement français lance la traque des défenseurs de la langue bretonne et appelle à la délation
Suède : Une femme de 70 ans risque 4 ans de prison pour avoir dit que des migrants urinaient dans les rues
Posted by La Rédaction on 18th mai 2017
| 169 views

BREIZATAO – ETREBROADEL (19/05/2017) Une femme de 70 ans de Dalarna est poursuivie pour « incitation à la haine » après avoir indiqué sur Facebook que les migrants déféquaient dans la rue et brûlaient les voitures.

Breitbart (source) :

Selon l’accusation, la femme a « exprimé des opinions inacceptables au sujet des migrants » sur Facebook. Elle est en effet accusée d’avoir utilisé le réseau social en juillet 2015 pour poster des commentaires « diffamants », affirmant que les migrants « mettaient le feu aux voitures, urinaient et déféquaient dans les rues ». Les juges suédois affirment que les messages de l’accusée violent les lois nationales sur « l’incitation à la haine », un délit puni de quatre ans de prison. L’accusée a admis avoir écrit les messages mais nié avoir commis un délit.

Chacun pourra juger du degré de « diffamation » précité.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments