Victoire historique des nationalistes corses
Posted by La Rédaction on 19th juin 2017
| 79 views

BREIZATAO – ETREBROADEL (19/06/2017) C’est une victoire historique pour les nationalistes corses, deux ans après leur victoire au niveau de l’assemblée territoriale. Les nationalistes ont remporté 3 des 4 circonscriptions de l’île.

Europe 1 (source) :

Pour la première fois, un nationaliste corse, Michel Castellani, 71 ans, a été élu député, a déclaré l’entourage du candidat, qui a battu le sortant Sauveur Gandolfi-Scheit (LR) dans la 1ère circonscription de Haute-Corse, avec 60,81% des voix. Et il ne serait pas le seul : deux autres indépendantistes l’accompagneront au Palais Bourbon.

Il est rejoint par deux autres nationalistes :

Jean-Félix Acquaviva, 44 ans, maire de Lozzi (Haute-Corse), a devancé le candidat la République en marche Francis Giudici, avec 63,05% contre 36,95%. Il a notamment surfé sur la victoire en décembre 2015 des nationalistes aux élections territoriales. Comme président de l’Office des transports, cet indépendantiste considéré comme « modéré » a notamment fait adopter à l’assemblée corse une nouvelle structure juridique pour gérer la desserte maritime de l’île et en finir avec les insécurités juridiques qui ont plombé la SNCM. Passionné de randonnée et de course en montagne, Jean-Félix Acquaviva pratique le chant polyphonique. Il est marié et père d’un enfant.

Et :

Paul-André Colombani, un médecin généraliste de 49 ans, a de son côté créé la surprise en battant le député LR sortant Camille de Rocca Serra, candidat à sa succession pour la 4ème fois et dont le père, Jean-Paul, tenait lui-même la circonscription avant lui (depuis 1978). Le candidat du mouvement Pé a Corsica l’emporte avec 55,22% des voix contre 44,78%. Après quelques rencontres et un engagement syndical au sein des Unions régionales des professionnels de santé, Paul-André Colombani s’engage en politique et rejoint la liste d’opposition au maire de Zonza lors des dernières élections municipales (2014), avant d’être élu à l’Assemblée de Corse. Il a été élu conseiller territorial Femu a Corsica en décembre 2015.

La Corse confirme son ancrage nationaliste et le passage d’un clivage « droite/gauche » hexagonal à une ligne « Corse/Paris ». Une évolution qui fait des intérêts corses le principal axe politique. Une évolution qui n’existe toujours pas en Bretagne.

Suivez nous ici :
0

Comments

comments