LATEST NEWS
Brest / Vivre ensemble : 160 tonnes de béton pour s’adapter à la menace islamiste
Posted by La Rédaction on 20th septembre 2017
| 480 views

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (20/09/2017) La guerre civilisationnelle s’installe dans le paysage urbain. Face à la modification ethno-raciale de sa population sur fond de campagne militaire djihadiste en Europe, la ville de Brest est désormais soumise à des mesures de protection de type militaire.

Actu.fr (source) :

Les attentats au véhicule-bélier sont passés par là : Nice, Berlin, Stockholm, Londres, Barcelone… «Avec ce nouveau type d’attaque, nous avons changé de paradigme», reconnaît Jean-Luc Polard, adjoint au maire de Brest en charge de la cohésion sociale et la participation des habitants, vice-président de Brest métropole aux services à la population, commerce et artisanat. Aujourd’hui, pour organiser une manifestation en plein air, le plan sécurité à mettre en œuvre est particulièrement contraignant. «Il nous faut bloquer tous les accès possibles aux véhicules.»

Objectif, tenter de « protéger » la foire Saint-Michel. Du moins, des attaques de véhicules par des islamistes. Le coût en incombe aux travailleurs bretons :

C’est pourquoi, en plus des deux kilomètres de barrières qui seront installées pour la foire Saint-Michel, des blocs en béton seront mis en place sur les axes de circulation afin de dissuader toute intrusion. Par ailleurs, seront présents pendant les deux jours, 50 agents de la collectivité, 70 agents de sécurité, des patrouilles militaires de l’opération sentinelle. Ces nouvelles obligations sécuritaires ont substantiellement augmenté (de 25 à 40 %) le budget en la matière. Pour la foire Saint-Michel, il s’élève à 25 000 euros.

Ces blocs de béton au demeurant ne sont pas d’une efficacité évidente. Ils ne stoppent pas les camions par exemple.

 

Le vivre ensemble, l’islam et le multiculturalisme tant vantés par la municipalité socialiste et le gouvernement français s’avèrent que les faces d’un même enfer quotidien auquel doivent s’adapter les autochtones. Sous peine de mourir.