LATEST NEWS
Catalogne : L’UE soutient Madrid et dénonce la déclaration d’indépendance catalane
Posted by La Rédaction on 11th octobre 2017
| 866 views

BREIZATAO – ETREBROADEL (11/10/2017) La situation politique est des plus incertaines en Catalogne après la « demi » déclaration d’indépendance du président catalan Carlos Puigdemont.

Lors d’un discours suivi internationalement tenu à la tribune du parlement catalan, M. Puigdemont a tenté de concilier deux positions incompatibles : une déclaration d’indépendance formelle et un compromis avec Madrid.

Las, cette approche n’a, dans les faits, aucune espèce de chance de succès dans la mesure où le gouvernement espagnol a systématiquement refusé toute autre option que la capitulation sans condition du gouvernement catalan.

Si certains ont estimé que cette déclaration d’indépendance n’en était pas une, le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, semble l’avoir interprétée comme telle. Selon le journal El Pais, le Premier ministre devrait poser un ultimatum à Barcelone : désavouer la déclaration faite hier soir ou alors la Catalogne, comme gouvernement autonome, sera détruit (source).

Il faut dire que Madrid bénéficie de l’appui de l’Union Européenne, des USA mais aussi de Paris. Le chef de file des pro-européistes, l’eurodéputé Belge Guy Verhofstadt, a vertement dénoncé le combat des Catalans pour l’autodétermination.

Interrogé par le journal de gauche « Libération » sur le « régionalisme » catalan – qui est en réalité un nationalisme comme un autre – l’intéressé a dénoncé une menace pour l’UE (source) :

Si on continue comme ça, on aura une Union de 75 états ! Ce serait de la folie, car on sombrerait dans un nationalisme sans fin qui mettrait même en péril l’existence de ces nouveaux états. Car où s’arrête ce particularisme ? Pour éviter cet éclatement qui aboutira à une paralysie de l’Union, il faut créer les conditions pour que ces nations ou ces identités puissent exister et s’exprimer dans la plus grande autonomie possible à l’intérieur des états existants. Le fédéralisme est évidemment la solution qui permet de gérer des entités complexes. On peut parfaitement être soi-même à l’intérieur d’un espace fédéral. Il n’y a pas de contradiction à être catalan et espagnol.

Une position logiquement reprise par la Commission Européenne, organe des 28 états-membres, qui agit comme une entité interétatique.

Déjà largement discréditée en Europe, l’UE n’était guère perçue positivement que par certains peuples aspirant à l’indépendance, comme les Écossais ou les Catalans. Une vision sans rapport avec la réalité d’une bureaucratie intergouvernementale qui voit dans ces questions un phénomène identique au Brexit.

L’État Français a d’ailleurs été à la tête de la pression exercée contre la Catalogne

Comments

comments