LATEST NEWS
Le tapin de Paris Le Drian crache sur le peuple catalan
Posted by La Rédaction on 28th octobre 2017
| 29 views

 

BREIZATAO – POLITIKEREZH (28/10/2017) Alors que la nation catalane proclamait son indépendance lors d’une journée historique hier, il n’aura pas fallu longtemps pour voir le laquais de l’État Français Le Drian jouer son rôle de commis aux basses œuvres contre la jeune république de Catalogne.

Dans un communiqué paru à cet effet (voir ici), le valet de la présidence hexagonale a assuré qu’il souhaitait que « l’Espagne soit forte et unie » avant de se précipiter aux pieds de son « seul interlocuteur qui est le gouvernement de Madrid ».

Les Bretons ne connaissent que trop bien ce papillon de nuit qui, depuis des années, joue le rôle de prostituée au service d’une oligarchie parisienne bien identifiée, manœuvrant – hélas – les gogos en Bretagne sans difficulté.

On se rappellera, pour ne citer que cet exemple, de sa campagne de 2004 incluant la réunification nationale avant, quelques jours plus tard, d’assurer qu’elle ne se ferait pas « avant 40 ans ».

Toujours et en tous lieux, Le Drian a été le parfait représentant de l’ordre bourgeois parisien, sévissant avec l’hypocrisie caractéristique des domestiques au service de cette engeance. Au fond, Le Drian n’a jamais cessé d’être un petit fonctionnaire de province guettant son avancement à force de déférence et de zèle.

Mais comme toutes les capotes de la république française avant lui, à peine utilisée, déjà jetée ! Quand ce septuagénaire aura enfin quitté ses fonctions, plus personne ne se souviendra même qu’il fut ministre. En revanche, sa médiocrité et ses trahisons ne passeront pas.

Avec un tel cloporte à sa tête pendant tant d’années, comment s’étonner de l’état d’abandon dans lequel se retrouve une Bretagne sinistrée économiquement, colonisée par les masses du tiers-monde musulman, souffrant un exode accru de sa jeunesse tandis que sa langue et son histoire ne sont pas même enseignées ?

Dieu merci, cet incapable a au moins débarrassé notre scène politique.