Justice cosmopolite : Le héros national croate Slobodan Praljak, qui avait combattu les islamo-bosniaques, refuse l’affront d’une condamnation et se suicide en plein procès

BREIZATAO – ETREBROADEL (30/11/2017) Le héros national croate Slobodan Praljak est mort après s’être empoisonné lors de son procès imposé par les ploutocraties occidentales. Préférant mourir debout plutôt que de se soumettre, le général croate ayant lutté pour la liberté de la Croatie contre les islamo-bosniaque est sorti par la grande porte.

Agé de 72 ans, Slobodan Praljak a entendu le pseudo-tribunal confirmer sa condamnation à 20 ans de prison pour avoir résisté à la menace islamo-bosniaque entre 1993 et 1994, avant de dire « Je rejette votre verdict », de sortir une fiole et d’en avaler le contenu.

Cet ingénieur devenu directeur de théâtre n’était pas un militaire à l’origine, mais la guerre venue, il a vite gravi les échelons des forces croates. Haut responsable des forces armées de la république croate de Herceg-Bosna qui a combattu les musulmans bosniaques.

Pour de nombreux Croates, Praljak est un héros et sa mort spectaculaire a encore renforcé ce sentiment. La semaine dernière, la présidente Kolinda Grabar-Kitarovic avait rédigé un message d’hommage, lu lors d’une promotion d’un ouvrage en son honneur, « Général Praljak ».

« La contribution du général Slobodan Praljak a été d’une immense importance à la fois pour la défense de la Croatie et de la Serbie contre l’agression grand serbe et pour la survie du peuple croate sur son territoire historique durant la guerre patriotique », avait déclaré la présidente.

Avant l’annonce de la mort de M. Praljak dans les médias croates, la présidente avait interrompu « en urgence » un voyage en Islande. A ses yeux, il incarnait la « vérité qu’il a sans relâche défendue après la guerre ».

L’image la plus symbolique de cette guerre dans la guerre fut la destruction en novembre 1993 du « Stari Most », un pont édifié par l’envahisseur turc musulman à Mostar.

Héros jugé par les laquais de la justice globaliste, Praljak est rentré dans l’histoire.

SHARE