Jean-Michel Le Boulanger, chef de file socialiste affilié à la gauche pro-musulmane

BREIZATAO – PENNAD STUR (12/01/2018) Nous avons déjà eu récemment l’occasion de parler du socialiste français Jean-Michel Le Boulanger, actuellement « vice président » du conseil « régional » de Bretagne. L’intéressé, proche de l’extrême-gauche pro-islamiste, s’affichait en effet aux côtés d’Edwy Plenel dont les sympathies pour les Frères Musulmans ne sont pas un mystère (lire ici).

Subvertir et souiller l’âme bretonne

Le Boulanger mène un travail de subversion classique de la part de la gauche socialiste en Bretagne : la tentative d’appropriation et le retournement des symboles culturels et identitaires bretons pour en faire des chevaux de Troie de l’idéologie cosmopolite dont le Parti Socialiste français se veut le maître d’oeuvre.

Ce travail de sape prend une dimension encore plus destructrice si l’on a à l’esprit le projet qu’il sert : l’alliance précitée entre l’islam et la gauche socialiste hexagonale.

Le Boulanger n’a donc de cesse de déployer ses efforts pour briser la conscience ethno-nationale bretonne en répandant, autant que faire se peut, la confusion dans l’esprit de notre peuple avec l’appui de médias d’état et d’associations gigognes financées par la branche « régionale » du socialisme français.

Dernier épisode en date, notre hymne national, le Bro Gozh Ma Zadoù.

Les socialistes ciblent le Bro Gozh

Interrogé par l’association Poellgor Bro Gozh Ma Zadoù (lire ici), Le Boulanger revisite notre hymne national, le présentant en vecteur du socialisme internationaliste.

« Ce chant », affirme-t-il, « peut être chanté par toutes les couleurs de peau » avant de poursuivre à son sujet, « et s’il nous parlait aussi de la terre, de cette vieille terre qui est nôtre ? Au-delà des patries, et les respectant toutes, une patrie commune, pour construire ensemble une humanité nouvelle. »

En somme, selon cet escroc, l’hymne national breton qui chante la vieille terre celtique ne serait, au fond, qu’un couplet de l’Internationale.

Le socialiste Le Boulanger confond ici à dessein les mots d’ordre du Grand Orient avec le chant écrit par Taldir Jaffrennou.

Le Bro Gozh Ma Zadoù célèbre la « vieille terre des Saints et des Bardes » et non celle des derviches tourneurs turcs ou des marabouts du Sénégal. Il chante « les Bretons durs et forts », les seuls à être « aussi ardents sous les cieux », et non les vertus guerrières des Pachtounes ou des Bantous.

Mais au Diable la vérité comme la nature profondément nationaliste du Bro Gozh écrit par Taldir Jaffrennou : tout est bon pour éroder la conscience et la fierté ethniques des Bretons au profit de la soupe multiculturelle.

Un programme : briser les reins du peuple breton

L’obsession antiraciste et immigrationniste, cosmopolite en un mot, de Le Boulanger traduit bien le programme politique actuellement mis en place contre le peuple breton : la destruction de sa conscience ethno-culturelle collective et, à la suite de cette entreprise de déconscientisation, le remplacement agressif des autochtones par des masses venues du tiers-monde afro-musulman. Ces derniers diluant ce qu’il reste des Bretons dans un bain repoussant qu’entendent présider ces prêtres de la religion des droits-de-l’homme que sont les factieux socialistes.

C’est ce qui explique le fanatisme avec lequel la bande de Le Boulanger, le PSF en somme, implante dans chaque village de Bretagne des populations insolites venues des coins les plus reculés du monde islamique. Seul axe invariable de la ligne politique du Parti Socialiste Français.

Pour parvenir à cet anéantissement complet, quoi de mieux que d’utiliser les symboles mêmes de la résistance nationale bretonne à sa propre disparition ? Croyant célébrer leur permanence et leur identité, voilà les Bretons qui chanteraient à présent leur propre disparition dans la joie et l’allégresse.

Cette entreprise criminelle porte un nom, ses protagonistes sont connus. C’est pourquoi les nationalistes bretons reviennent constamment à ce mot d’ordre : pas de salut national sans l’extirpation définitive de la gauche en Bretagne. Pas d’émancipation nationale sans la destruction totale du socialo-marxisme.

SHARE
Avis aux lecteurs : Si vous désirez informer la population bretonne de faits occultés par les médias d'état (insécurité, islamisme, immigration clandestine, corruption), vous pouvez contacter notre rédaction sur notre page Facebook (voir ici) ou à notre adresse email : redactionbreizatao@gmail.com.