BREIZATAO – NEVEZINTIOU (13/02/2018) La polémique autour de la chanteuse proche des islamistes Mennel Ibtissem continue de mettre au jour les tensions interethniques et religieuses qui existent en France sous le poids de l’immigration islamique. L’animateur Benjamin Castaldi a indiqué que sa famille était désormais menacée de mort après que ce dernier ait dénoncé les positions de la jeune musulmane, proche des Frères Musulmans.

Paris Match (source) :

Souvenez-vous sur le plateau de Touche pas à mon poste, Benjamin Castaldi avait donné son avis avec virulence sur la candidate de The Voice. «Ce n’est pas tolérable qu’en France quelqu’un tweete « les terroristes, c’est le gouvernement ». Moi je ne tolère pas ça, c’est pas possible. Pour moi, il n’y a même pas de discussion, cette personne a fait un tweet inacceptable, et cette personne doit dégager de l’émission le plus vite possible».
Quelques jours plus tard, alors que la jeune femme a décidé de quitter l’aventure, le chroniqueur de Cyril Hanouna fait l’objet de menaces de mort. Comme il l’a révélé sur le plateau de TPMP : «J’en ai 45 par minute, des insultes, des ‘on va niquer ta mère’, allez-y déversez ce que vous voulez, de toute façon je maintiens ce que je pense, elle n’avait plus rien à faire dans l’émission».
Visiblement agacé, Benjamin Castaldi ne s’arrête pas là. Comme ces attaques visent également ses proches, il poursuit : «Je vous le redis en face, maintenant, lâchez la grappe à mes enfants, à ma femme… Basta. On ne peut pas déverser autant de haine, nous dans cette émission, il n’y a jamais de haine. Maintenant, lâchez la grappe à mes enfants et à ma femme».
SHARE
Avis aux lecteurs : Si vous désirez informer la population bretonne de faits occultés par les médias d'état (insécurité, islamisme, immigration clandestine, corruption), vous pouvez contacter notre rédaction sur notre page Facebook (voir ici) ou à notre adresse email : redactionbreizatao@gmail.com.
  • le belguet

    Ne concerne pas les gaulois ! Querelle de Tartuffe. d’un coté les muss de l’autre, des sionistes. Un non évennement Boris.