Les socialistes français interdisent le Tro Breiz à Naoned (Nantes)

1
Loading...

Il est des traditions qu’on oublie pas facilement. C’est le constat que l’on dresse après qu’un obscur responsable de la mairie de Naoned (Nantes), non originaire de notre pays, Monsieur Jean François Parodi ait jugé utile d’interdire au sein du château de nos ducs la présence des bannières et des prêtres du Tro Breiz.

Philippe Abjean, responsable du Tro Breiz, a fort justement réagi à cette nouvelle tentative des socialistes français (parfois de fraîche date) de prétendre dicter ses désirs au peuple breton sur son sol:

«C’est aberrant. On se croirait revenu à l’obscurantisme laïciste du début du XXesiècle. C’est complètement incompréhensible. On a changé d’époque, quand même!», s’insurge PhilippeAbjean. «Cette interdiction de la procession pourrait faire sourire, ajoute l’organisateur du Tro Breiz, si ce n’est que l’on sent, sous-jacente, la volonté plus large de gommer les identités. Le Tro Breiz est un témoin, à sa façon, du patrimoine et de l’identité bretonne. Et le comble, c’est que Nantes, capitale historique de la Bretagne, ne respecte ni la culture ni la tradition bretonne. C’est paradoxal». Question de neutralité religieuse? «Attention, ce qu’on appelle neutralité religieuse cache une idéologie qui consiste à ériger en valeur l’absence de valeur religieuse ou autre. Cette soi-disant neutralité témoigne du refus d’accepter des cultures et identités différentes. Cette interdiction révèle aussi une christianophobie qui annonce un mouvement de fond dont on parle peu mais qui commence à se faire sentir: la destruction d’églises, par milliers, en France, au prétexte que leur entretien coûterait trop cher, dans les cinq à dix ans…».

De son coté Jean François Parodi justifiait cette tentative de sabotage comme suit:

« Cet équipement municipal n’a pas vocation à accueillir des manifestations religieuses. »

Ou l’on apprend qu’un château médiéval, qui plus est lieu du gouvernement breton, devient par le miracle de la science socialiste un « équipement municipal » ! Ce château, pour notre peuple, est évidemment un symbole lui appartenant en propre comme le Tro Breiz. Et la légitimité des pélerins bretons en cet endroit dépasse et de loin les désespérées manoeuvres d’un déraciné qui déracine.

Source: http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/tro-breiz-les-bannieres-bannies-au-chateau-de-nantes-04-08-2010-1009258.php

Loading...
SHARE

1 COMMENT

  1. Philippe Abjean est quelqu’un de courageux et loyal, l’auteur de cet article aussi.

    Ceux qui interdisent et ceux qui capitulent : ni l’un, ni l’autre.

Comments are closed.