Voici la méthode la plus appropriée pour débuter en breton. Elle a du moins le bénéfice de satisfaire relativement partisans du breton populaire et du breton unifié. Elle permet ensuite d’accéder à la fois aux dialectes régionaux et au Peurunvan (ou des deux), en fonction des choix de l’apprenant. Nous fournirons les MP3 à suite de la seconde partie.

La rédaction de Breiz Atao entend favoriser le dialogue entre les vues des partisans du breton populaire et ceux du breton unifié, sans idéologie ni a priori.

Assimil Initiation au breton sans peine Morvannou texte

Assimil le breton sans peine Tome I 1978

À suivre demain.

11 COMMENTS

  1. Vraiment un grand merci. Y aura-t-il le tome 2 (le seul qui me manque et que je n’arrive pas a trouver). Cette un tres bonne methode, riche en expressions idiomatique.

  2. Un grand merci pour votre contribution au sauvetage de notre précieux héritage !
    Les enregistrements annoncés seront une aide très appréciée car indispensable.
    Combien de leçons prévoyez-vous de mettre en ligne ?
    Encore toute ma gratitude pour votre dévouement à cette noble cause.

  3. Pour ceux qui cherchent les fichiers audios de l’Initiation au Breton sans peine (1er lien): Voir ici: http://turbobit.net/ea6w1m1ojcp0.html?ps=9371
    Mot de passe: uztranslations.
    Qualité médiocre: poussez les aiguës au maximum et baissez les graves sur votre logiciel de lecture pour que ça passe mieux.
    Quant à la méthode ‘Breton sans peine’ tome 1 et 2, une simple recherche Google permet de trouver facilement. Par exemple:
    http://www.fileserve.com/file/u9RCGXj
    Bon courage.

    • Merci pour le mot de passe ! C’était le seul paramètre qui me manquait.
      Entre temps, j’ai trouvé à me procurer les cassettes originales, à Londres, via e-Bay au prix d’environ 33 €.
      Il y a effectivement une différence notable de qualité mais les fichiers de turbobit restent néanmoins exploitables, surtout si l’on suit vos conseils.
      Merci encore. Sincèrement.

  4. @ Merour, Kêrvreizh, Fañch Louarn:

    Suite a ma question qui n’a pas trouve reponse a l’article http://www.breizatao.com/?p=6648 , je me permets de vous la reposer a sa place cette fois-ci:

    J’ai cru comprendre au fil des articles publiés sur ce site qu’il y avait des différences de prononciation, d’accentuation et même de vocabulaire entre les “pays” de Bretagne. Il semble y avoir une forte opposition entre les tenants du neo-breton et ceux du breton dit “populaire”.
    Le site propose la “méthode assimil” pour s’initier au breton. Pourriez-vous expliquer quel sorte de breton cette methode propose d’apprendre? Pourriez-vous également partager votre avis sur la structure même du manuel et de la technique d’apprentissage?

    Pour les eleves brezhourions les plus motives, quels manuels ou methodes conseilleriez-vous?
    Que pensez-vous de ceux mentionnes dans cette liste?
    http://dao.breizh.free.fr/index.php?id_article=67&yezh=galleg

    Merci d’avance.

  5. En vérité, les oppositions radicales entre breton dit « populaire » et breton dit « néo » sont factices. Tous les bretonnants se situent entre ces deux extrèmes.

    Les reproches qu’on adresse au breton dit « néo » ne sont pas intrinsèques à cette variété de breton qui est représentée par différentes branches, mais au fait que les locuteurs sont des apprenants dans leur majorité qui ont du mal à se départir de structure et prononciation françaises, choses qui s’améliorent avec le temps…

    Mais pour ma part, je connais des gens qui sont plus du côté du néo-breton et qui surpassent de vingt têtes les puristes du breton de clocher, car ceux-ci refusent les mots nouveaux et ne parlent que d’animaux, du temps, du passé, de coiffes et de bouffe…

    Ceci dit, comme préconisé par les tenants du néo-breton, il faut exploiter les dialectes pour se perfectionner stylistiquement et phonologiquement. Et on a raison de s’inspirer du breton de nos Anciens, pour acquérir une tournure de pensée vraiment celtique même si le vocabulaire est pauvre.

    D’où l’intérêt d’une méthode comme celle de Fanch Morvannou qui allie standard et dialecte (elle s’inspire plus du breton de Cornouailles mais est ouverte aux parlers autres). C’est aussi une excellente base qui nous fait découvrir des traits culturels perdus qui subsistaient encore en Bretagne dans les années 60-70.

    La méthode d’apprentissage est un peu ardue et implique un effort de concentration mais autant dire que si vous venez à bout de cette méthode, vous parlerez un excellent breton de base. Il ne vous restera plus qu’à changer d’orthographe (le livre est écrit en etrerannyezhel, variété de peurunvan qui n’a plus cours) pour celle qui est le plus utilisée de nos jours, le peurunvan, mais c’est facile.

    Bon sinon, si vous voulez vous coller à un dialecte particulier, je conseille Le Breton Parlé du père Herrieu pour le Vannetais et Selaou, Selaou de Mona Bouzec-Cassagnou. Les méthodes proposées en orthographe dite « universitaire » par Emgleo Breiz pour le léonard…

    Voilà, et quand vous aurez fait ça, il ne vous restera plus qu’à parler aux gens, écouter la radio en breton, lire des magazines (très bon niveau de breton : Aber, Al Lanv, Kannadig Imbourc’h, Nidiad), des bouquins (ceux proposés par Al Liamm ou Preder par exemple)…

    Tout ça, demande du temps mais c’est un excllent moyen d’apprendre la volonté, la discipline et le travail. Vertus nécessaires pour être un breizhour de valeur. Et puis, quel pied de ne plus s’exprimer en français, ne serait-ce que de temps en temps, et d’apprendre à parler comme nos ancêtres !

    • @ Fañch Louarn:

      Merci beaucoup pour ces explications et éclaircissements.

      En plus de la Méthode Assimile dite « Morvannou » proposée sur ce site, il y a la Méthode Assimile de Divi Kervella qui semble plus récente (2005) et est disponible a la vente ici (http://www.assimil.com/descriptionProduitDetail.do?paramIdProduit=1930&paramIdMethode=1918).
      Cette nouvelle version propose pres de 2h40min d’enregistrement, ce qui peut être fort intérressant pour les personnes n’habitant pas en Bretagne et donc avec des possibilités de communication avec des locuteurs bretons restreintes.
      Avez-vous un avis sur cette version?

      De plus, si cela ne vous dérange pas, pouvez-vous expliquer comment vous avez vous même appris le breton?

      Merci d’avance.

  6. Ca c’est du poste ! 100% d’accord avec Herr Louarn, une position de bon sens, mesurée. Bonnes lectures également.

Comments are closed.