Disparition de Pêr Denez

0
249
Loading...

BREIZATAO – BREIZH (30/07/2011) Pêr Denez est décédé cette nuit. Né en 1921, ce  militant linguistique proche de Roparz Hemon était une figure éminente de l’action en faveur du breton.

Per Denez n’était pas politiquement correct, il n’était pas de cette gauche putassière, qui préfère toujours le fumier français s’il se dit progressiste plutôt que BREIZH s’il n’est qu’elle même. Citons-le :

« En 1944-1945 la Bretagne a connu une persécution comme elle n’en avait pas connu depuis la Chouannerie… Combien d’étudiants, à Rennes, allant se promener au Thabor, savent qu’ont été fusillés là, dans le Trou de l’Enfer, des nationalistes bretons, et qu’ils marchent sur une terre sanctifiée par leur sang ? Combien vont fleurir, de temps en temps, la tombe de Léon Jasson, qui fut si heureux de mourir pour la Bretagne ?… Ou celle de Guy Vissault de Coetlogon qui répondit, quand il fut condamné à mort : “C’est un honneur, Messieurs”, et qui refusa de tendre la main pour demander pitié ? Les Irlandais sont fiers de leurs martyrs, de leurs “traîtres” : les Bretons, avec le même goût pour les fêtes de mort, restent frappés d’un sort honteux : ils n’ont pas encore rejeté de leurs esprits le poids des mensonges français. »

Hommage à Guy Vissault, voilà qui n’est pas commun chez les socialistes de cette charogne qu’est le chimérique « mouvement breton » !

Ils seront nombreux les nains régionalistes de gauche à venir glapir près de son cercueil et à se revendiquer de l’homme. N’est-ce pas le propre des papillons de nuit que d’aller vers la lumière ? C’est encore l’occasion de le dire : chez nous tout ce qui ressemble à un produit de gauche doit être traqué, chassé, anéanti sans formule de politesse ni avertissement. Ce n’est que lorsque nous aurons guéri le pays de ce bacille que nous pourrons à nouveau renouer avec l’histoire nationale et le sens de sa grandeur.

Per Denez est des nôtres.

Loading...
SHARE