Gwenn ha Du : quand les gauchistes de l’UDB réécrivent l’histoire

3
641

BREIZATAO – ISTOR (11/05/2013) Un article récent d’un UDBiste  de moindre importance s’exprimant sur son blog personnel tente, au nom du gaucho-régionalisme, de travestir le Gwenn ha Du en drapeau « d’essence progressiste ». Son inventeur, Morvan Marchal, y est dépeint comme ceci :

« Morvan Marchal était un militant autonomiste breton de gauche (même s’il a malheureusement côtoyé des gens qui plus tard se fourvoieront dans la collaboration avec les nazis). »

Puis l’auteur insiste sur les origines maçonniques du Gwenn ha Du, qui l’aurait réalisé pour conjurer les origines chrétiennes ou monarchistes du drapeau d’hermines plain ou du Kroaz Du.

L’auteur était-il un démocrate à la manière des immigrationnistes monomaniaques de l’UDB ? Jugeons-en par un article de Morvan en date de mars 1925 paru dans les colonnes de BREIZ ATAO :

« Un homme est venu qui a dit à ses frères : « Vous avez le droit de vivre selon votre race »… La même préoccupation tient au cœur tous les nationalismes de tous les petits pays en réveil : arracher l’intelligence de leur peuple à la culture étrangère imposée et reconstituer une civilisation nationale sur le vieux fonds racial et traditionnel.« 

Sont-ce là les affirmations d’un esprit cosmopolite ? Certes non. Avec des personnalités « de gauche » comme celle-là, plus besoin de droite ! Bref, lorsque le membre de l’UDB précité tente de dépeindre Morvan en précurseur de l’antiracisme et autres prurits français, il ne trompe pas grand monde.

Quant au drapeau, il est certes moderne et contient par ailleurs une symbolique maçonnique. Mais pas exclusivement : ce sont d’abord les couleurs traditionnelles du pays – blanc et noir – associées au carré d’hermines – qui donc n’abolit nullement cet emblème ducal si cher aux Bretons. Quant aux neufs bandes, elles représentent les neuf provinces bretonnes qui ne sont rien d’autres que des évêchés… Comme anti-cléricalisme, on fait tout de même mieux. Bref, le Gwenn ha Du contient les symboles de la « monarchie ducale », celle de la réalité catholique de notre nation plus les couleurs nationales ancestrales.

L’UDBiste, fervent partisan de la destruction de notre peuple par toutes les souillures françaises à la mode – la singerie du « mariage des invertis » étant la dernière répertoriée, conclut :

« Alors, les fachos, les rétrogrades, les réactionnaires, je vous serai gré de cesser d’utiliser le Gwenn ha du. Pour vous, il y a le Kroaz du et le champ d’Hermines, je pense qu’ils vous conviendront tout à fait. Laissez-donc le Gwenn ha du à celles ceux qui ont une vision ouverte de la Bretagne. »

Le phrasé sent l’étudiant en sociologie attardé, mais enfin nous avons l’habitude. Ce à quoi il convient de répondre : tous les drapeaux bretons appartiennent aux Bretons, et a fortiori aux nationalistes qui les ont toujours brandi. Et même ici, créé. Car Morvan est certes fédéraliste mais certainement anti-nationaliste en ce qui concerne les droits de la nation bretonne à l’auto-détermination selon son génie ethnique.

Ce qui est sûr en revanche, c’est que jamais Morvan Marchal n’aurait admis que l’on souille le drapeau national en le roulant dans des histoires de sodomites francophiles comme le fait ignoblement l’UDB.

En somme, il convenait de remettre la racaille franco-gauchiste à sa place, c’est l’objet de cet article.

SHARE

3 COMMENTS

  1. Le bibendum barbu Jeff M. ferait mieux, en tant que gros lard gauchiste, de se plaindre de la récupération du symbole par les magasins U et consorts. Ça sent la récupération capitaliste tout ça.

    Quant à nous, nous nous en foutons car le drapeau national appartient à tous les Bretons ; qu’ils fassent partie de l’élite nationale ou de la sous-catégorie des sous-fifres surchargés pondéraux comme Jeff M. C’est ça un peuple : il y a des gens de droite et d’autres de gauche, des bourgeois et des prolos, des winners et des losers. Le peuple breton, dans son entier, peut utiliser le Gwenn-ha-Du.

  2. Il faut cesser de parler de gens qui sont, aujourd’hui, totalement disqualifiés pour parler de la Bretagne. Ils ne représentent plus rien depuis des années, soutenus essentiellement par le pouvoir en place et la gauche jacobine française. Ce sont des nains politiques, alibis bretons et valets du colonialisme français. Il suffit de voir leurs succès électoraux lorsqu’ils osent se présenter sous leur propre couleur, et cela après 45 années d’existence ! Lhistoire jugera….

Comments are closed.