Loading...

BREIZATAO – PENNADSTUR (21/07/2013) Nous refusons d’employer le terme de « guerre civile » car celle-ci renvoie à un conflit intérieur à un État entre celui-ci et une ou des factions ou entre factions. Ce n’est pas de cela dont il s’agit. Ce dont il s’agit c’est la conquête de l’Europe par les masses islamiques, par le triple jeu de l’immigration, de la dénatalité européenne et de l’antiracisme des gouvernements du continent qui, de fait, permettent aux colons de proliférer.

Ce conflit est aussi ancien que l’Islam lui-même puisque dès sa fondation c’est par les armes qu’il a quitté la péninsule arabique pour s’étendre jusqu’à Poitiers au VIIIème siècle. Plus tard, l’Empire Ottoman tenta à plusieurs reprises de briser la résistance de l’Occident Chrétien, aidé en cela par la France perfide de François Ier. C’est à Vienne que, miraculeusement, Autrichiens et Polonais brisèrent l’ultime assaut musulman contre l’Europe.

Ce qui s’est passé à Trappes est identique à ce qui se passe chaque année en France dans toutes les villes, grandes et moyennes. C’est un mélange de razzias et d’insurrection ponctuelle, d’expansion afro-islamique alimentée, dans sa première phase, par une économie mafieuse composée de trafics en tous genres. Pour l’heure, la conquête de l’Europe et de la France – donc de notre pays également – ne se fait pas par des vagues de musulmans fanatisés, mais par d’innombrables immigrés vivant d’expédients qui, à mesure que leur nombre croît, se fédèrent bon gré mal gré autour de la bannière de l’Islam comme plus petit dénominateur commun. Ce qui n’empêche pas, loin s’en faut, les rivalités ethniques, sociales, territoriales au sein même de ces groupes. Mais cela, lorsqu’il s’agit de s’imposer face aux Blancs, redevient secondaire.

Aucun régime démocratique ne pourra endiguer ce flot. Car la démocratie est la loi du nombre et de l’élection et qu’on ne solde pas 1500 ans de guerre lors d’un mandat électoral de cinq ans. La démocratie, tout au contraire, accélère la dépossession des Européens de leurs terres dans le cadre classique du recours aux clientèles électorales.  L’État Français se contente de gérer une fin qui pour lui est inéluctable. Son obsession c’est la stabilité à court terme, dut-il ruiner son existence à moyen terme. C’est là l’indépassable loi de tout régime fonctionnant au rythme des élections.

Plus encore, nous sommes tenus par une génération de septuagénaires gâteux et châtrés qui, pour se ménager encore deux décennies de rentes, sont prêts à sacrifier l’avenir des générations suivantes. Par intérêt mais aussi par arrogance morale.

Trappes n’est rien à côté des émeutes de 2005 ou nous avons été avertis de ce qui nous attendait, nous les Blancs Chrétiens autochtones. Il est à cet égard dramatique d’aveuglement que de constater que la Papauté, seul recours spirituel véritable au milieu de l’apocalypse qui menace, se félicite par la voix du Pape que l’Europe devienne un peu plus musulmane à chaque bateau s’échouant sur nos rivages. Cette charité là est erronée car elle pave la voie au pire conflit jamais advenu sur nos terres : une immense guerre ethno-religieuse mais aussi sociale et économique dans chaque ville, chaque région, chaque pays. Cela doit nous faire garder à l’esprit que la charité véritable s’exprime sur le long terme, dans un esprit de responsabilité, plutôt que sur le court terme qui n’est qu’impulsion émotionnelle menant à l’anarchie.

La soumission des Blancs ne fait qu’aggraver un peu plus la situation en enhardissant les masses afro-islamiques à notre égard.

Ce que nous affrontons face à cette situation, c’est la lâcheté habillée en pacifisme de l’élite soixante-huitarde. Nous devons voir les choses comme elles sont et intégrer le fait que des millions d’étrangers se ruent à nos portes pour s’établir définitivement sur les terres de nos ancêtres et que cet établissement présuppose notre éviction à terme. Nous n’avons pas la liberté d’user de notre terre comme bon nous semble, car elle appartienT tout autant à nos innombrables ancêtres ayant sué et souffert pour y établir leur descendance qu’aux générations futures dont nous avons la responsabilité. L’individualisme égoïste qui prétend se décharger de ses responsabilités doit être invariablement châtié dès que nous en avons l’opportunité.

Il n’y aura pas de « Grand Soir ». Chaque jour que Dieu fait est un petit soir à lui seul. Marseille, deuxième ville de France, va ériger bientôt une gigantesque mosquée, signe de la conquête victorieuse des Afro-musulmans sur les rives septentrionales de la Méditerranée. De même à Poitiers, Strasbourg, Nantes. À Brétigny, les Barbaresques ont pillé les cadavres encore chauds des victimes du déraillement. À Trappes, ce week-end, une petite insurrection a enflammé plusieurs quartiers, comme des centaines d’autres.

Les musulmans ont la mémoire longue des peuples vivants. Ils se rient de ces Occidentaux « progressistes » qui n’accordent plus aucune valeur au nom de « Charles Martel ». Eux conservent le souvenir de leurs prédécesseurs dont le but demeure le leur. Même le plus occidentalisé des orientaux vivant en Europe ressent, naturellement, une solidarité avec ses frères demeurés au plus bas de l’échelle sociale. Ainsi voit-on des « Beurettes » en tailleur s’offusquer de ce que, ici ou là, une femme voilée suscite des crispations : bien qu’ayant en horreur la pression patriarcale de leurs propres familles, le sang reste le sang.

Récemment nous rapportions le départ contraint d’un boucher du centre de Rennes, lequel ne pouvait plus vendre de « galette saucisse », une spécialité locale. C’est bien plutôt par ce genre de petites victoires anodines que les grands bouleversements s’annoncent.

Qu’on attende rien des politiciens dont la lâcheté est la seule et unique chose qu’ils aient en abondance. Qu’on se dise bien que l’État Français est un état pré-musulman et qu’à ce titre il ouvre le chemin pour le colon, aidé en cela par le sioniste qui, déjà en Espagne, ouvrit les portes aux musulmans, comme le singe sciant la branche sur laquelle il est assis. L’immense masse africaine, croupissant dans de bibliques bidonvilles par millions, ravagée par la famine, les maladies et le crime, s’élance vers le Nord fertile aux portes grandes ouvertes par la complicité d’idéologues renégats. Les idiots utiles marxistes, socialistes et nihilistes, ceux là mêmes qui creusent la fosse commune de leurs propres enfants.

Que l’on se prépare à un âge de fer car l’âge de l’indolence touche à son terme. La guerre est là et comme dans le Seigneur des Anneaux, la réaction des guerriers européens n’est empêchée que parce que le monarque est sous l’emprise d’un conseiller ayant vendu ses services au démon.

Préparons-nous et préparons la jeunesse. Le combat à livrer a débuté et ne cessera de devenir plus intense durant les trente prochaines années, à mesure que la démographie réduira les Blancs à l’état de minorité raciale en Europe de l’Ouest. Et bien avant cela, des pans entiers de nos terres auront été submergées.

Les temps de paix sont révolus.

Hommes de l’Ouest, debout !

Loading...