Pie XII et Veuillot contre le modernisme

0
211

BREIZATAO – KOMZOUDIEUB (04/02/2014)

« Bien que les fils du siècle soient plus habiles que ceux de la lumière, leurs ruses et leurs violences auraient sans doute moins de succès, si un grand nombre de ceux qui se disent catholiques ne leur tendaient pas une main amie. Ils ne sont pas rares, hélas ! Ceux qui, comme pour marcher d’accord avec nos ennemis, s’efforcent d’établir une alliance entre la lumière et les ténèbres, un accord entre la justice et l’iniquité, au moyen de ces doctrines qu’on appelle catholiques libérales. Or, ceux-ci sont plus dangereux et plus funestes que les ennemis déclarés… parce que, se tenant pour ainsi dire sur la limite des opinions condamnées, ils gardent l’apparence d’une véritable probité et d’une doctrine sans tache qui allèche les imprudents amateurs de conciliation, et qui trompent les gens honnêtes disposés à rejeter une erreur prononcée. De la sorte, ils divisent les esprits, déchirent l’unité et affaiblissent les forces qu’il faudrait réunir toutes ensembles contre l’ennemi. »

Pie XII

« Deux puissances vivent et sont en lutte dans le monde moderne : la Révélation, ou la révolution qui veut ôter la Croix à la couronne et la couronne à la Croix. Nos Catholiques libéraux sentent le danger de la doctrine de 1789 ; de là, ces distinctions par lesquelles ils s’efforcent d’en détourner la conséquence pratique, et de composer un 89 particulier qui les fasse suffisamment révolutionnaires, et qui les laisse pourtant Catholiques. Mais l’entreprise est de concilier le mal et le bien, elle dépasse donc les forces humaines. Il est temps de dénoncer le point où la foi Catholique libérale devra cesser ou d’être libérale, ou d’être Catholique. »

Louis Veuillot dans « L’illusion libérale »

SHARE