Que fait la marine française en Mer Noire ?

1
341
Loading...

15393-marine-nationale-recrute-l-11,bWF4LTY1NXgw

BREIZATAO – ETREBROADEL (16/04/2014) La France continue ses provocations à l’encontre de la Russie, mais ceci dans le plus grand silence médiatique. Pourtant, depuis ces derniers jours, les radios et journaux russes, allemands, ukrainiens et autres n’ont de cesse d’évoquer la présence croissante de la Marine Française en Mer Noire, au large de l’Ukraine.

C’est ce qu’indiquent plusieurs sources (turques, russes, ukrainiennes, roumaine…), dont le site turc Bosphorus Naval News de Cem Devrim Yaylal, qui relève systématiquement les passages de navires de guerre à travers le Bosphore.

Fin mars (le 26 ou le 28 selon les sources), la frégate Alizé, « bâtiment de soutien de plongée », y pénètre pour participer officiellement à un exercice naval conjoint au large de Varna (Bulgarie).

L’Alizé est un bâtiment de 60 mètres de long et 1500 tonnes. Avec un équipage de 18 hommes, il peut embarquer jusqu’à 230 passagers. Il est équipé pour assurer toutes sortes de missions de plongée, dont le renseignement à l’étranger et le support de plongeurs de combat. On ignore où est la frégate actuellement, mais on ne l’a pas vue ressortir de Mer Noire et le Courrier de Russie vient d’affirmer qu’elle y est encore.

A Paris, les grandes manœuvres de la marine française, soigneusement passées sous silence par le gouvernement, sont ignorées de la presse, des médias, et par suite, de l’opinion publique.

Ce n’est le cas ni à Moscou, ni à Kiev. A Moscou, les Izvestia consacrent un édito du 14 avril à l’arrivée du Dupleix en Mer Noire. A Kiev, Vesti, dans son journal en ligne de langue russe, en fait autant. La Deutsche Welle, radio allemande à destination de l’étranger, en parle dans son édition en langue ukrainienne. Ainsi, Russes et Ukrainiens, russophones ou non, sont mieux informés que les Français de ce que fait la France.

Loading...
SHARE

1 COMMENT

Comments are closed.