Vladimir Poutine déclare la guerre à l’hégémonie du dollar

3
Loading...

475981F2-05C2-482B-8178-1A8CAA31E1AA_cx0_cy27_cw0_mw1024_s_n

2013 : Vladimir Poutine à Kiev pour célébrer les 1025 ans de l’adhésion commune au christianisme de la Russie et de l’Ukraine

BREIZATAO – ETREBROADEL (14/08/2014) Il semble que la guerre économique en cours entre la Russie et les USA est en passe de devenir totale. Après les sanctions occidentales contre Moscou, qui a répliqué à la fois par un rapprochement énergétique historique avec la Chine et par un embargo contre les produits alimentaires européens, voici que Vladimir Poutine apparait décidé à sonner la fin de l’hégémonie du dollar au niveau mondial.

Le monopole du dollar « nuisible »

Vladimir Poutine a ainsi déclaré aujourd’hui en Crimée – tout un symbole – ce qui suit :

« La Russie doit totalement vendre son gaz et son pétrole en roubles dans la mesure où l’hégémonie du dollar sur le marché de l’énergie nuit à l’économie« .

Cette déclaration solennelle a bien sûr vocation à donner le signal général de l’abandon du dollar dans les transactions internationales. Une attaque stratégique contre la première puissance mondiale et le pilier de cette puissance : sa monnaie. Et surtout une contre-attaque portée contre la stratégie globale des Etats-Unis visant à maintenir le dollar comme première devise des échanges commerciaux par le contrôle militaire des zones riches en pétrole et en gaz, notamment au Moyen-Orient.

Attaque frontale contre la puissance américaine

Une telle déclaration, de par sa nature publique et formelle, lui donne également une dimension structurante et dynamique : mis en confiance par la position russe, le Brésil, l’Inde, la Chine et d’autres pays vont à la fois vouloir et devoir accompagner cette évolution.

Devoir, car le dollar, par les énormes émissions monétaires de la Banque Centrale US, a perdu considérablement de sa valeur et ne se maintient désormais que par la soumission des pays tiers qui acceptent de commercer dans cette devise. La Chine ou l’Inde ne vont plus vouloir financer la domination et le niveau de vie américains.

Devoir en outre, car ces pays, gros détenteurs de monnaie US, vont également être contraints de se débarrasser à marche accélérée des stocks de dollars qu’ils possèdent en grandes quantités, le signal de l’abandon général ayant été donné par le président d’un des pays producteurs de pétrole et de gaz les plus importants du monde. Plus tôt ils le feront, plus le change leur sera profitable. Plus ils attendront, plus leur capital détenu en dollars se dépréciera.

Devoir enfin car la Russie est en position de force sur le marché mondial de l’énergie et ses clients, dépendants, feront de moins en moins de difficultés pour négocier directement en monnaies nationales.

Et c’est là que la seule déclaration de Vladimir Poutine est désastreuse pour les USA : la confiance dans la puissance US et sa monnaie étant déjà pratiquement réduite à rien, il ne suffisait plus que d’un signal politique majeur pour précipiter l’abandon massif du dollar. Voilà qui est fait. Et désormais, la confiance dans la monnaie américaine est atteinte, concrètement, à sa base.

En somme, Vladimir Poutine est celui qui a dit tout haut : « Le roi est nu ! ». Les autres vont rapidement en convenir et agir en conséquence.

Une déclaration de guerre au Veau d’Or, au sens strict

Qu’on ne s’y trompe pas, cette déclaration s’explique par la politique américaine en Ukraine et plus généralement contre la Russie. Notons qu’elle a été faite en Crimée, dans un geste de défi aux USA et à l’Otan, ce qui lui donne une dimension politique et géopolitique encore plus forte.

Mais c’est surtout une attaque d’une force d’impact infiniment plus considérable que n’importe quelle opération armée aux frontières de la Russie. Et c’est un message directement adressé aux dirigeants américains par le maître du Kremlin et qui se résume à ceci : « Nous sommes en guerre« .

Les opérations militaires américaines depuis 2001 s’expliquent par le vaste projet de maintenir le système économique mondial sous la domination de la monnaie US. C’est ainsi que les USA peuvent vivre et dominer au crédit des autres. Cette stratégie suppose le contrôle des ressources énergétiques du monde, des centres de productions économiques européens et asiatiques et la neutralisation politique de l’Eurasie.

Vladimir Poutine, en annonçant sa rupture avec le dollar, réagit à ce qui est une guerre déclarée en 2001 par la finance occidentale, non seulement à la Russie, mais à toutes les périphéries du monde. Cette déclaration est donc bel et bien une déclaration de guerre en retour. A partir de maintenant, il ne s’agit pas de « nouvelle Guerre Froide », mais de la guerre de cette finance pour maintenir son empire. C’est une guerre mondiale dont le dernier volet a commencé en 2001 et qui enflamme désormais l’Europe.

Vladimir Poutine brûle ses vaisseaux

Devant les députés russes et les médiats internationaux présents en Crimée, le président russe s’est livré à un exercice de pédagogie sur la stratégie qu’il entend suivre. Reuters rapporte ces autres propos :

« Nous devons agir prudemment. En ce moment nous essayons de trouver un accord avec certains pays pour commercer en monnaie nationale ».

Que Vladimir Poutine détaille si froidement et méthodiquement sa décision de détruire le dollar américain sur le lieu de sa victoire en Crimée signifie qu’il a décidé de franchir le Rubicon. Il n’y a pas de marche en arrière possible et le chef de l’Etat Russe le sait. Il a relevé le gant et décidé d’affronter les USA en ayant conscience qu’il risque, littéralement, sa vie. Et il sait que Wall Street et la City vont tout faire pour le détruire, à commencer par une tentative de coup d’état sous forme de révolution en Russie (lire ICI).

Bien qu’élu démocratiquement, Vladimir Poutine sait comment les ploutocraties s’occupent de leurs opposants : il a par obligation à l’esprit les exemples de Milosevic, Kadhafi ou de leur tentative contre Bashar Al Assad. Ou encore du Tsar Nicolas II.

La réponse de la finance occidentale, dont l’empire se fracture de toutes parts, menacé en outre par des puissances neutres susceptibles de rejoindre le mouvement, ne pourra être que celle d’une puissance jouant sa survie. Exactement comme Napoléon pénétrant en Russie en 1812 et Hitler après lui en 1941.

Pour le judaïsme bancaire et ses vassaux occidentaux, Poutine et la Russie doivent être détruits. Comme l’Allemagne entre 1941 et 1945 ou l’empire napoléonien en 1815.

inutile d’être grands clercs pour savoir que la diabolisation de la Russie et de son président va s’amplifier de façon exponentielle dans la presse des ploutocraties.

Loading...
SHARE

3 COMMENTS

  1. Excellente analyse!

    Toutefois, je ne sais plus quoi penser.

    J’ai regarder toute l’intervention de Poutine ce matin, et il m’a semblé qu’il adoptait un ton plus conciliateur envers ses « parteneIres ».

    Et puis que dire des réactions des marchés aujourd’hui, notamment celui des obligations américaines, qui se comportent comme si de rien était.

    Je sais que la FED intervient massivement pour supporter artificiellement ces « marchés », mais quand même…

    C’est à ne plus rien y comprendre. Peut-être y voyez vous plus clair?

  2. Bonjour les Amis

    Les Ukrainiens ont attaqué le convoi Russe d’aide humanitaire selon un info de Blomberg lancé à 10 H 43
    10 h 43 où ? aux USA… les marchés ont réagit en ciseau des valeurs montent d’autre baissent

    Ex les Obligs à 30 ans se sont écroulées…

    Que vas faire Poutine ? Rien, renvoyez un convoie… avez vous des idées… c’est pas l’intérêt des Russes de déclencher la guerre… Il leur suffit en « Bande organisé  » avec les Chinois… de balancer les milliards de $ de bon du Trésor de la FED pour faire écrouler le dollar plus toutes les monnaies de la Zone Dollar, dont l’Euro… Bruxelles, l’Europe sont une création des Bombricains…

  3. Tous les marchés à la hausse avec le Nasdaq à son plus haut niveau depuis mars 2000.

    Et en plus, les bons du trésor se portent très bien.

    Poutine semble faire des concessions (quand comprendra-t-il qu’il n’aura jamais la paix?).

    Au final, je sais très bien que ces « marchés » ne sont que du vent; qu’ils sont complément artificiel; mais j’ai l’impression qu’il n’y aura jamais de fin à cette machine infernale.

    J’apprécierais votre analyse à ce sujet (j’ai trouvé les précédentes de très bonne qualité).

Comments are closed.