Une ex-ministre africaine d’Italie veut interdire les partis nationalistes en Europe

2
369
Loading...

Cecile-Kyenge_2618335b

BREIZATAO – ETREBROADEL (06/09/2014) « On est jamais si bien servi que par soi-même », c’est en somme l’adage qui conviendrait le mieux pour qualifier la dernière proposition d’une politicienne africaine d’Italie, la congolaise Cecile Kyenge, ancienne ministre de « l’intégration ».

Cette dernière a en effet exiger que les gouvernements interdisent, partout en Europe, les partis nationalistes ou identitaires s’opposant à la colonisation de peuplement. L’argument ? Le « crime par la pensée » si bien dépeint par Georges Orwell dans son roman « 1984 » :

« Nous avons besoin d’une loi qui punisse les partis qui utilisent des affiches racistes. Nous ne devons pas autoriser de partis qui prône la haine ou l’incitation à la haine. Et ceci partout en Europe, pas seulement en Italie. Autrement, nous acceptions des pensées racistes et que la discrimination se répande. Nous sommes en démocratie et tout le monde peut exprimer son opinion, mais le respect envers soi-même commence par respecter « l’autre » a-t-elle exigé (source).

Cecile Kyenge est le visage caricaturale d’une immigration de peuplement agressive et arrogante. Kyenge est issue d’une fratrie congolaise de 37 frères et soeurs dont le père réussit l’exploit de se dire « catholique »tout en étant un polygame revendiqué. Parvenue illégalement en Italie, elle n’a de cesse depuis d’attaquer le peuple italien et de promouvoir le remplacement de population dans ce pays.

Quoiqu’il en soit, le programme pour les peuples européens est clair. A eux d’en tirer les urgentes conclusions.

Loading...
SHARE

2 COMMENTS

  1. Bonjour,

    J’apprécie beaucoup votre blog et je tenais à le dire. Vos articles sont remarquables et j’y souscris pleinement. J’avais moi-même répliqué à Chauprade après son manifeste qui était un tissu d’aneries.

    Eric Pinzelli
    Historien militaire

Comments are closed.