Cantonales/Rosporden : Face à une débâcle historique, Michel Loussouarn (PS) ne se représente pas

2
465

michel-loussouarn-ps-renonce-se-presenter

BREIZATAO – POLITIKEREZH (14/11/2014) Le temps de l’arrogance est passé pour Michel Loussouarn, actuel conseiller départemental pour le canton de Rosporden. Cet avocat de 34 ans, type même du futur apparatchik socialiste et membre du parti depuis son adolescence, a préféré ne pas se représenter pour les futures élections cantonales.

Déjà étrillé lors des dernières élections municipales à Rosporden où il avait perdu ce bastion historique en ne rassemblant que 43% – la gauche avait pourtant réalisé près de 50% des suffrages au premier tour – Michel Loussouarn a donc préféré éviter une candidature qui s’anonnçait comme un nouveau et cinglant désaveu. Il a donc passé le témoin au maire socialiste de Saint-Yvi, un petit village voisin, rare survivant du Waterloo municipal socialiste du printemps dernier.

Mis en selle par l’ancien maire de Rosporden, Gilbert Monfort, Michel Loussouarn incarnait le socialisme hexagonal de type féodal, avec ses transmissions de charges héréditaires et ses chasses gardées. Las, l’effondrement du PSF en terre bretonne, après seulement deux ans de gouvernance socialiste de l’état central, a stoppé net une carrière politique dont ce parti a traditionnellement le secret. L’enjeu symbolique était si fort que même Jean-Yves Le Drian, actuel ministre français de la Défense, avait fait le déplacement pour soutenir le candidat à la mairie. En vain.

Sans mandat majeur au plan cantonal, écrasé à Rosporden et faisant face au rejet massif et profond du socialisme français dans l’opinion publique bretonne, Michel Loussouarn n’appartient plus au camp des puissants.

Lors des dernières élections cantonales sur le secteur, « l’ex-futur » conseiller départemental refusait encore de serrer la main du candidat identitaire de Jeune Bretagne. Une leçon qui en annonce beaucoup d’autres.

SHARE