Loading...

SwedenMuslim

BREIZATAO – ETREBROADEL (31/12/2014) Il y a deux mois, les Démocrates Suédois – le parti anti-immigration – faisaient tomber le gouvernement, deux mois seulement après son installation. Le Premier ministre était donc contraint d’organiser de nouvelles élections.

Coalition droite-gauche pour éviter des élections

Mais celles-ci risquaient de voir les Démocrates Suédois gagner davantage encore de voix et de sièges. Alors le système a trouvé la solution : une union de la droite et de la gauche. Pour cela, le Premier ministre accepte le contre-budget de l’opposition – celui qui avait été voté par les Démocrates suédois pour mettre le gouvernement en minorité – moyennant quelques modifications de façade, à quoi s’ajoute l’engagement pris par l’opposition de ne pas s’opposer jusqu’en 2022. Il suffisait d’y penser.

Les principaux partis se félicitent bruyamment de cet accord qui met hors jeu le diabolique « parti anti-immigration ». A ce détail près que désormais les Démocrates Suédois représentent le seul parti d’opposition à la coalition gouvernementale.

Fredrik Reinfelt, ex-premier ministre métis, explique les enjeux

Sur ces entrefaits, l’ancien premier ministre Fredrik Reinfelt, un métis d’africain et de juif connu pour son immigrationisme fanatique, a déclaré que la Suède appartenait d’abord aux immigrés extra-européens et non aux Suédois de souche. Dans une interview très éclairante, l’ancien chef du gouvernement suédois a donné la dimension des enjeux politiques dans ce pays, lesquels expliquent la formation de cette coalition droite-gauche :

« Il y a un choix à faire pour déterminer ce que sera la Suède comme pays. Est-ce un pays appartenant à ceux qui vivent ici depuis trois ou quatre générations ou bien est-ce celui de ceux qui arrivent ici en cours de vie et le développent ? Pour moi il est évident que la réponse est la seconde proposition. La Suède est ce que les immigrés en font ».

Pour faire bonne mesure, Reinfelt a déclaré que les Suédois de souche étaient « inintéressants ».

La Suède devient un vaste bidonville du tiers-monde

Sous le gouvernement Reinfelt, les volumes d’immigration ont atteint des chiffres délirants. Décrétant que la Suède devait devenir une « superpuissance humanitaire », son gouvernement a doublé en deux ans le nombre des seuls demandeurs d’asile – à  ne pas confondre avec les immigrés légaux et illégaux – passant ainsi du chiffre déjà colossal de 40 000 en 2012 à plus de 80 000 en 2014.

Pour rappel la petite Suède ne compte que 10 millions d’habitants si bien que pour les seuls réfugiés, la Suède importe sur 10 ans 10% du total de sa population actuelle. Le gouvernement prévoyait d’accueillir en outre entre 400 000 et 500 000 immigrés pour la seule période 2014-2015, soit 5% de sa population en moins de deux ans. L’objectif affiché est de faire entrer encore 1 million d’immigrés extra-européens dans les 5 ans.

Il a été révélé il y a quelques mois que si des sommes colossales étaient allouées aux immigrés – ceux-ci n’ont pas d’obligation de resources et se voient délivrer logements, argent de poche, nourriture, etc. – le gouvernement laissait littéralement s’effondrer le système de maisons de retraite. Selon des experts dont les conclusions ont été rendues publiques, 15 000 personnes âgées sont laissées en état de sous-alimentation dans les hospices. Dans le même temps, l’état socialiste suédois consacre plus de 3% de la production annuelle aux masses illettrées du tiers-monde qui s’accumulent dans les centres urbains de Suède.

Loading...

2 COMMENTS

  1. Front des partis de gauche et de droite contre le candidat anti-immigrationniste, et c’est un africain islamiste qui devient président de la République.

    C’est le scenario du prochain roman de Michel Houelbecque qui poursuit son oeuvre de destruction de l’idéologie soixantehuitarde.

Comments are closed.