Loading...

 

BREIZATAO – URZH BED-NEVEZ (19/02/2015) L’enquête concernant le trafic d’organes au Kosovo progresse enfin, et l’étau se resserre progressivement autour des principaux responsables. Fin avril, la justice européenne a condamné cinq médecins kosovars, à des peines allant jusqu’à huit ans de prison, pour leur implication dans un réseau de trafic d’organes humains dont la plaque tournante était une clinique de la banlieue de Pristina (capitale de cette province). Deux mandats d’arrêt ont été émis à l’encontre de deux autres suspects, un chirurgien turc, et le cerveau présumé du réseau, l’Israélien Moshe Harel. La plupart des commandes provenant d’Israël.

Kouchner, moderne Shylock

Ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, en visite officielle au Kosovo le 1er Mars 2010, avait été interrogé par un journaliste sur ces trafics d’organes, alors qu’il était de 1999 à 2001 le chef de la Minuk, la mission de l’Onu au Kosovo. Tout comme il l’avait précédemment fait, il a simplement nié l’existence des « maisons jaunes », ces « cliniques » clandestines, ainsi que l’existence du trafic d’organes lui-même. Il avait également rejeté, dans une déclaration à la BBC, toutes les accusations qui pourraient peser sur lui, démentant qu’il aurait « fermé les yeux sur l’affaire du trafic d’organes au Kosovo au nom de la stabilité politique ». Chacun se souvient de son rire indécent, lorsque des journalistes serbes l’avaient questionné à ce sujet du temps de son mandat. Le French docteur, loin d’émettre même le plus petit doute, sur la culpabilité présumée de son ami Hachim Thaci (actuel Président du Kosovo et ancien dirigeant de l’UCK) a donc préféré balayer la question d’un simple et commode revers de main. Traitant les journalistes de « salauds » et de « fous qui croient n’importe quelle connerie ».

Le TPI découvre l’ampleur du trafic vers Israël

Révélé par Carla Del Ponte au printemps 2008, ancien procureur au Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie, ce trafic d’organes, prélevés sur des prisonniers serbes vivants, n’a longtemps été qu’une rumeur. Pourtant, selon Dick Marty, enquêteur pour le Conseil de l’Europe « Au Kosovo tout le monde est au courant de ce qui s’est passé et de ce qui se passe encore, mais les gens n’en parlent pas, sinon en privé » fin de citation. Son rapport confirme que la pègre kosovare serait dirigée et coordonnée, par plusieurs personnes occupant des postes clés dans l’actuel appareil d’État du Kosovo. Ces personnes très fortement soupçonnées d’exactions et de crimes contre l’humanité, de trafic de drogue et d’armes, mais aussi d’êtres humains, s’appuieraient sur des réseaux lourdement corrompus au sein de la police, du système judiciaire et même de l’Eulex, l’organisme de Justice européen. On se souvient que de nombreux témoins du procès de l’ancien Premier Ministre Ramush Haradinaj avaient été tués et que les autres s’étaient rétractés. De plus, comme le soutient Dick Marty, des enquêteurs du Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie, avaient déjà rassemblé de nombreuses preuves en 2005, mais ces preuves auraient été détruites. En effet, selon un document de l’Onu, dès 2003, la Minuk avait en main des informations relatives à des meurtres commis au Kosovo dans le but de se livrer au trafic d’organes. Les dirigeants de l’UCK auraient touché jusqu’à 45.000 dollars pour les organes d’un seul individu capturé.

UCK, la bande armée musulmane reconvertie dans la vente d’organes

Toute tentative d’enquêter sur les dirigeants Albanais est dénoncée par Pristina comme étant dirigée par la Russie ou la Serbie. Et il ne faut pas trop compter sur les Etats-Unis pour poursuivre leurs amis et alliés Kosovars. Pour rappel, le Kosovo est cette province historique arrachée à la Serbie par une invasion de l’OTAN en 1999, sous le prétexte de protéger les communautés. Une imposante majorité exogène d’origine albanaise, revendiquait l’autonomie de la région et était à l’origine de heurts ethniques. Des combats meurtriers avaient vus le jour après qu’un groupe armé ait commis des attentats contre les populations et les autorités de Belgrade. Depuis l’intervention américaine, le territoire est sous la coupe réglée des anciens de l’UCK, l’armée dite de libération fondée par des mafias locales, dont les anciens dirigeants sont devenus les principaux personnages politiques du pays.

Trafic d’héroïne afghane géré par la CIA au Kosovo

Pour Viktor Ivanov, directeur du Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants , « Le Kosovo est devenu aujourd’hui une enclave où les trafiquants de drogue se sentent absolument libres. Chaque année, jusqu’à 60 tonnes d’héroïne transitent par son territoire, ce qui rapporte environ 3 milliards d’euros aux criminels » fin de citation. Ce trafic ne peut échapper aux autorités américaines qui disposent de l’immense base militaire de Bondsteel et qui dirigent en réalité la province.

Alors, Bernard Kouchner est-il vraiment le seul à ne pas être au courant de cet abominable trafic, ou a-t-il fermé les yeux sur les agissements de ses « amis », quitte à escamoter la vérité ? Depuis, le bon docteur a semble-t-il abandonné l’humanitaire et la médecine, pour se reconvertir dans le conseil onéreux auprès de chefs d’états africains. Certains « salauds » l’ayant traité naguère d’affairiste estimant qu’il aurait pu y avoir des conflits d’intérêts du temps de sa nomination en tant que Ministre des Affaires Etrangères. Remarques vite balayées par l’intéressé d’un énième revers de la main. Le silence protecteur des médias français sur ces affaires, comme son éventuelle responsabilité dans le trafic d’organes est étonnant. Bernard Kouchner et son épouse, la journaliste Christine Ockrent, seraient aujourd’hui à la tête d’un très confortable patrimoine immobilier. Comme quoi, l’humanitaire mène à tout, à condition cependant d’en sortir.

(source)

Loading...

3 COMMENTS

  1. Trafic qui s’est déplacé ensuite à l’hopital de Timisoara en Roumanie, voisine de 200km. Entrée pour une operation begnine, la mère d’un proche y fut assassinée . Le corps rendu à la famille mutilé. Aujourd’hui le trafic s’est déplacé en Irak, comme le révélait hier Die Welt. Silence médiatique au C’hallouedistan.
    Où partent ces organes ? qui achète ?
    http://www.welt.de/politik/ausland/article137574184/Terrormiliz-IS-soll-an-Organhandel-beteiligt-sein.html

  2. Dick Marty est un personnage très intéressant. C’est un radical, plutôt de gauche et clairement identifié comme un apparatchik des loges ayant à ce titre un réseau incroyable de connections internationales.

    Il est de langue maternelle française, qu’il parle avec un lourd accent neuchâtelois, mais il a fait une carrière de magistrat et politicien au Tessin (Suisse italienne) qui l’a mené jusqu’au gouvernement cantonal. Il a été député au Conseil national (Assemblée nationale suisse) et des Etats (Sénat suisse). Au niveau interne suisse on observe qu’il est envoyé dans des missions où l’intérêt supérieur des loges est en jeu. Typiquement, il a été bombardé récemment procureur extraordinaire dans une affaire qui défraye la chronique en Valais: l’affaire Giroud. Il s’agit d’un habile marchand de vin « écônard » (fidèle paroissien d’Ecône, siège du séminaire international fondé par Mgr Lefebvre)Dominque Giroud, qui avait monté une énorme maison de négoce de vins en employant parfois des méthodes un peu olé olé, et qui menaçait de devenir une force dans la vie économique mais aussi politique du canton en fédérant tous les clans conservateurs. Or il faut savoir que le négoce de vins en Suisse est une chasse gardée des frères trois points. Giroud gênait donc en marchant sur les platebandes des frères. D’autre part en organisant un procès à grand spectacle contre lui (avec l’appui massif des médias, qui ont condamné d’avance le prévenu) on veut couler l’aile conservatrice du parti démocrate chrétien et assurer la victoire des maçons dans leurs combats pour décatholiciser le Valais. Mais Giroud se défendait comme un beau diable. C’est pourquoi, afin d’être sur que l’omerta des notables mouillés par l’habile Giroud, ne lui permette pas de s’en sortir, le parlement valaisan a pris une décision inouïe : mandater, en lui payant des honoraires royaux, le grand manitou maçon Dick Marty avec pleins pouvoirs pour mettre à mort judiciairement l’ennemi de la république Dominique Giroud.

    Ceci en soi n’est qu’une anecdote de politique suisse. Mais Dick Marty, qui est un grand adepte de la République universelle, a siégé dans un nombre incalculable de commissions internationales de l’ONU, du Conseil de l’Europe, etc., dans lesquelles il a toujours été le porte parole idéaliste des idées humanistes de 1848, parfois même avec un certain courage comme on l’a vu dans son rapport sur les prisons secrètes de la CIA et sur le trafic d’organes au Kosovo. Ce qui est très intéressant chez cet homme c’est qu’il est tellement conscient d’être « protégé » en tant que vedette des loges, qu’il n’a peur de rien. Ni l’impérialisme américain ni le lobby sioniste ni les cartels de trafiquants de drogue ne lui font vraiment peur. Il se perçoit lui-même en Don Quichotte du droit et des droits de l’homme envers et contre tout. http://1dex.ch/2015/02/affaire-giroud-qui-est-dick-marty/

    Il semble aussi qu’au long de sa longue carrière il ait établi des amitiés du côté de la Russie. En tous cas on constate qu’il n’a pas craint de se faire un ennemi de l’impérialisme américain dans plusieurs affaires.

    En tous cas là, Kouchner et ses amis mafieux de l’UCK sont tombés, en la personne de Dick Marty, sur un adversaire inattendu et redoutable.

Comments are closed.