Loading...

nip-nip-45967-640x360-egnqt.ogfb

Les juifs Raphaël Glucksmann et Daniel Cohen-Bendit

BREIZATAO – URZ BED-NEVEZ (06/09/2015) Samedi 5 septembre, une « grande manifestation » – dite « spontanée », « citoyenne » et « sans chef »- était organisée à Paris, place de la République, en soutien aux « migrants » – notamment ceux venus d’Irak et de Syrie. L’événement a fait un flop. Son initiateur : le juif, agent de la CIA, Raphaël Glucksmann.

On peut voir Glucksmann dans ces oeuvres sur la radio Europe 1 hier :

L’internationalisme juif : l’âme de la machine de guerre US

Gérant d’une agence parisienne de marketing, âgé de 35 ans et résidant en Ukraine, c’est un ancien conseiller de l’ancien président géorgien Mikheil Saakachvili, agent de l’OTAN en Géorgie dont il a été chassé depuis pour des faits de corruption. Saakachvili est par ailleurs lié à un autre juif proche de la CIA et de l’ambassade des USA en France, un certain Félix Marquardt (voire ici). Ce dernier est en charge, aux côtés du Qatar des USA, de l’utilisation des masses islamiques contre les nationalistes et leur orientation prorusse.

Saakachvili est désormais gouverneur de la ville d’Odessa en Ukraine pour le compte du gouvernement fantoche de Kiev mis en place par la CIA (source).

Un gouvernement contrôlé par des oligarques juifs, comme Petro Poroshenko, ami de Bernard Henri Lévy (voir ici) et mis au pouvoir par la plénipotentiaire US en Europe, la juive Victoria Nuland (source).

Raphaël Glucksmann est marié à l’ancienne ministre de l’Intérieur géorgienne de Saakachvili, l’agent de l’OTAN Eka Zgouladze, devenue depuis ministre adjointe de la police en Ukraine (source). A ce poste, elle est chargée de l’épuration des éléments pro-russes.

CIA et judaïsme

Le père de Glucksmann, André, est également un agent de la CIA recruté dans le cadre du « Congrès pour la Liberté de la Culture », un pseudopode de la « Freedom House », elle-même une entité en charge des opérations de propagande de la CIA (source) :

En 1986, Freedom House récupère l’ancien rédacteur en chef des publications du Congrès pour la liberté de la Culture, Melvin Lasky. Il met en place à Londres une officine de diffusion d’articles de commande dans la presse internationale. Comme la revue Encounter, qu’il dirigea jadis, le programme Exchange est financé par la CIA.

Il emploie ainsi Vladimir Bukovsky, Adam Michnik, André Glucksmann, Jean-François Revel, et quelques autres. Les articles sont repris au Royaume-Uni dans The Daily Mail, The Daily Telegraph et The Times ; en Jamaïque dans The Daily Gleaner ; et surtout aux États-Unis dans le Wall Street Journal.

Il avait collaboré à la revue « Le Meilleur des mondes » produite par une association juive pro-américaine dénommée le « Cercle de l’oratoire ». En 2003, le Cercle de l’oratoire – composé entre autres des juifs Bernard Kouchner, André Glucksmann, Romain Goupil, Frédéric Encel, Elisabeth Schemla – avait soutenu l’invasion anglo-américaine de l’Irak qui provoquera la mort d’environ un million de civils et qui se traduira par l’exode de centaines de milliers d’Irakiens ainsi que la quasi destruction de la communauté chrétienne du pays.

Combattre les forces de résistance européennes

Nous avions évoqué le cas de Raphaël Glucksmann lors d’un passage télévisé au cours duquel il précisait l’axe de combat des intellectuels juifs aux côtés de l’OTAN et des USA contre les forces identitaires (lire ici) :

“C’est hallucinant que la laïcité soit kidnappée par le Front National… le projet de l’école républicaine, c’était un projet un projet de déracinement. C’était un projet politique qui visait à enlever les enfants des clochers, des terroirs ! C’était créer, à partir d’héritiers, des citoyens, c’était l’antithèse du projet réactionnaire qu’on nous propose dans les livres et bientôt dans les urnes.”

On peut visionner l’extrait ici :

Loading...