Loading...

merkel-angry

BREIZATAO – ETREBROADEL (20/10/2015) Chacun se souvient de l’hystérie de la part de la presse occidentale et, à sa suite, du personnel politique ouest-européen, lors de l’annonce par Viktor Orban, Premier ministre hongrois, de la création d’un mur de protection aux frontières du pays pour stopper l’arrivée des migrants. La publication, lundi, des derniers chiffres du nombre de clandestins ayant pénétré en Hongrie est sans appel : il est désormais proche de zéro.

Conséquence indirecte de cette victoire hongroise : une débâcle politique d’ampleur inédite se profile à l’horizon pour Angela Merkel, désormais contestée aussi bien par l’opinion publique allemande qu’européenne, mais également au plus haut niveau de l’état.

Les prophéties de Merkel désavouées

En septembre dernier encore, marxistes fiévreux et patrons avides de dumping social donnaient conjointement de la voix pour dénoncer « l’horreur » des mesures hongroises et assuraient avec aplomb qu’elles étaient vouées « à échouer ».

Viktor Orban, sans prêter le moins du monde attention aux épileptiques du droits-de-l’hommisme, mobilisait l’armée pour mettre en place le mur de protection, avec l’aide d’experts israéliens, et se pressait de finaliser le bouclage complet pour octobre.

Comme à l’accoutumée, joignant la meute journalistique de gauche et d’extrême-gauche, les politiciens occidentaux dénonçaient tout aussi furieusement les décisions de Budapest.

Pour mesurer le degré d’incompétence de la classe politique ouest-européenne, citons les propos d’Angela Merkel en date du 6 octobre dernier – il y a seulement deux semaines donc – sur le sujet (lire ici) :

« Les « réfugiés » (sic) ne seront pas stoppés si nous construisons simplement des barrières. De cela, je suis profondément convaincue, et j’ai vécu derrière un mur assez longtemps ».

Difficile de comprendre la référence au Mur de Berlin faite par Angela Merkel, cette dernière n’ayant visiblement pas remarqué à l’époque qu’il était conçu pour empêcher les gens de quitter la RDA et non d’y venir.

Il est probable que la chancelière, ne sachant plus comment justifier sa politique délirante d’accueil sans restriction de clandestins musulmans, jugeait nécessaire d’agiter les mauvais souvenirs de la période communiste pour mieux terroriser l’opinion publique allemande.

En tout état de cause, Merkel, en plus de s’être durablement discréditée auprès de l’opinion publique européenne, voit ses fabuleuses prophéties s’écrouler en moins de deux semaines.

Le mur hongrois : de 10 000 migrants par jour à presque zéro

Ce sont les autorités hongroises qui ont annoncé le triomphe politique de Viktor Orban en publiant les chiffres officiels du nombre d’immigrés clandestins musulmans ayant pénétré dans le pays.

Agence France Presse (source) :

La Hongrie a annoncé lundi que la fermeture de sa frontière avec la Croatie avait pratiquement ramené le nombre de migrants entrant sur le territoire à zéro.

Seulement 41 personnes ont traversé la frontière pour rejoindre cet état-membre de l’UE, a déclaré le gouvernement.

« La fermeture de la frontière fonctionne, elle a efficacement stoppé les traversées illégales » a indiqué le porte-parole du gouvernement Zoltan Kovacs depuis Nagykanizsa, une localité proche de la frontière croate.

« Le gouvernement hongrois est déterminé à maintenir en place ces mesures aussi longtemps que nécessaire » a-t-il ajouté.

« Nous surveillons en permanence la situation aux frontières slovènes, croates et serbes, et nous sommes prêts à réagir à tout incident » a-t-il assuré.

Le chiffre de 41 immigrés clandestins et un nouveau record à la baisse pour l’année 2015 en Hongrie qui a vu jusqu’à 10 000 personnes traverser ses frontières depuis l’été.

Au total, environ 390 000 immigrés clandestins ont transité par la Hongrie depuis le début de l’année selon les derniers chiffres de la police.

Tous les journaux acquis à l’immigration de masse, au multiculturalisme et à l’antiracisme sont dans le désarroi le plus complet. Un de leurs arguments les plus utilisés pour démoraliser les masses face à leur politique d’africanisation et d’islamisation du continent consistant à dire que, même si un gouvernement voulait « fermer ses frontières », ce serait « matériellement impossible ». L’exacte rhétorique utilisée par Merkel.

Les Allemands veulent maintenant leur propre mur

Alors que l’Allemagne doit gérer désormais 10 000 entrées par jour sur son territoire, ce sont certaines autorités sécuritaires allemandes qui exigent désormais la construction d’un mur de protection.

Décision qui, si elle était prise, signifierait un fiasco spectaculaire et historique pour la chancelière allemande, acquise à une politique délirante d’immigration massive. Merkel passant ainsi du statut de possible candidat au Prix Nobel de la Paix à celui de chancelière la plus incompétente de l’histoire récente.

DeutscheWelle (source) :

Un responsable syndical de policiers a demandé la construction d’une barrière afin de réduire le flux de migrants. Rainer Wendt a déclaré au journal « Welt am Sonntag » que les autres pays agiraient de la même façon ensuite.

Wendt a insisté sur le fait que des mesures dures – comme la construction d’un mur le long de la frontière avec l’Autriche – était vitale pour le pays « afin de mener un contrôle des frontières sérieux ».

« Si nous fermons nos frontières de cette façon, l’Autriche fermera également les siennes avec la Slovénie. C’est exactement l’effet dont nous avons besoin » a déclaré Wendt, président de l’Union des Policiers d’Allemagne.

En somme, la politique patriotique de Viktor Orban était la seule possible, saine et raisonnable. La politique combattue avec acharnement par tous les doctrinaires de l’immigrationnisme et de l’afro-islamisation de l’Europe. Cette débâcle politique, si d’aventure Merkel devait capituler, aurait des répercussions politiques sur tout le continent.

Loading...

3 COMMENTS

  1. « le mur de protection, avec l’aide d’experts israéliens »…ça, c’est la meilleure ! , puisque ces mêmes juifs font tout pour palestiniser l’Europe !

  2. L’anomalie, c’est de ne pas contrôler ses frontières.

    Pendant des siècles, toutes les frontières des pays étaient fermées avec des barrières et des hommes armés qui avaient le droit d’ouvrir le feu sur ceux qui ne répondent pas aux sommations.

    Le président de la Hongrie est un chef d’état responsable et efficace, les Hongrois ont bien de la chance.

Comments are closed.