Allemagne : En 2016, l’état sera en déficit pour la première fois en raison du coût de l’accueil des « migrants » musulmans

0
381

angela

BREIZATAO – ETREBROADEL (09/11/2015) Le ministère des Finances allemand a annoncé pour 2016 que l’Allemagne serait en déficit en raison du coût massif engendré par l’accueil des migrants musulmans.

Des sommes colossales, prélevées sur les couches populaires allemandes, sont ainsi allouées pour accueillir le flot intarissable de l’immigration en provenance du tiers-monde musulman.

Sputnik News (source) :

L’Allemagne, la principale destination des demandeurs d’asile fuyant les régions d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ravagées par des conflits, devrait accueillir 1,5 millions de migrants d’ici la fin de l’année. En septembre, les médiats ont indiqué que le gouvernement fédéral donnerait 670 euros d’aide sociale mensuelle à chaque réfugié à partir de 2016.
Et pour la première fois, l’Allemagne connaîtra un déficit budgétaire :

Selon le dernier rapport du ministre des Finances allemand, l’Allemagne prévoit un budget déficitaire pour 2016 en raison du coût engendré par l’accueil des migrants.
La chaîne gouvernementale allemande Deutsche Welle précise (source) :

Le coût de l’accueil des migrants pourrait atteindre 10 milliards d’euros pour l’année 2015. Selon une information de l’édition dominicale du journal Frankfurter Allgemeine Zeitung, le coût financier se situerait à la fin de l’année entre 9 et 10,5 milliards d’euros. Ce chiffre est une estimation calculée sur la base des données des gouvernements régionaux.

Au niveau communal, la dépense annuelle par migrant s’élève désormais de 12 000 à 13 000 euros, ce qui inclut le gîte, le couvert, de l’argent de poche, les coûts de santé et les dépenses administratives.

La politique d’accueil inconditionnel décrété par Angela Merkel est en train de détruire les finances du pays qui maintient à bout de bras l’Eurozone et la très précaire stabilité financière du continent. Avec 50% des communes allemandes en banqueroute, Merkel a engagé son pays comme l’Union Européenne dans la voie de la désintégration.

SHARE