traitresrennes

BREIZATAO – POLITIKEREZH (22/12/2015) Conformément à la décision par BREIZ ATAO de renseigner les patriotes bretons sur les activités subversives des éléments marxistes et apparentés en faveur de l’afro-islamisation de la Bretagne, nous fournissons une première liste des activistes les plus engagés à Rennes.

Liste des organisations impliquées : MRAP 35, Coordination Sans Papiers Ouest, Sans Papiers Rennes, Un Toit c’est un Droit, NPA, UDB, Breizhistance, PCF, Parti de Gauche, diverses associations sexuellement déviantes, Cimade, GISTI, Amitiés Kurdes de Bretagne, organisations catholiques marxisantes, etc.

Fiches de renseignement

Carole Bohanne : Fonctionnaire, enseignante, extrême-gauche

les-refugies-vont-rester-vivre-en-france

Biographie politique : membre du MRAP 35, de « Un Toit c’est Un Droit 35 », du réseau d’aide aux clandestins « Sans Pap Rennes », de Réseau Education Sans Frontières 35. Organise des actions de soutien aux immigrés illégaux afin de les installer sur le territoire.

Patrick Pierre : Fonctionnaire, enseignant, trotskiste

patrick-pierre-npa

Biographie politique : Enseignant, membre de la liste NPA « Rennes à Gauche » en 2014 aux côtés de Gaël Roblin. Participe à l’action initiée par l’association d’extrême-gauche « Un Toit c’est un Droit 35 » à Cleunay où une trentaine de migrants sont installés dans des tentes. L’association revendique « un toit pour tous, Français ou étrangers, avec ou sans papiers ».

Suzy Bossard : fonctionnaire, docteur en sociologie, militante du « Collectif Sans Pap » de Rennes

326661_245675758808115_1788306_o

Biographie politique : Etudiante à Rennes 2 en 2007-2008 (Master 1 – Administration Économique et Sociale). Depuis 2009 à l’Université de Lille. Doctorante en sociologie, Université Lille 1, Laboratoire Clersé, École Doctorale Sésam (a soutenu sa thèse en septembre 2015). Militante féministe et théorie du genre. Membre toujours très active du Collectif Sans-pap Rennes.

Lydie Porée : fonctionnaire, archiviste aux archives de Rennes, militante homosexuelle

LydiePorée

Biographie politique : Militante féministe (LGBT, Planning familial, théorie du genre). Ancienne trésorière du Centre Gay, Lesbien, Bi et Trans de Rennes (CGLBT), proche de différentes associations féministes telle que l’association question d’égalité à Rennes. Fondatrice en 2012 avec Patricia Godard de l’association histoire du féminisme à Rennes à l’origine du livre « Les Femmes s’en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à Rennes (1965-1985) ».

Mylène Cokkinos : étudiante, militante homosexuelle, extrême-gauche

Biographie politique : Originaire de Morlaix. Etudiante à Sciences Po Rennes. A effectuée son stage de 3ème année en 2014 à l’association LGBT « Le Refuge ». Mémoire en 2015 sur le thème : « L’individu cas social : construction d’une étiquette sociale et inscription dans un processus de stigmatisation (XIXe-XXe siècles) ».

Gabrielle Jarrier-Riou : animatrice culturelle subventionnée, extrême-gauche

GabrielleJarrierRiou

Biographie politique : Administratrice de compagnies de théâtre. Elle travaille avec la compagnie Lumière d’août à Rennes, compagnie produisant des pièces de théâtre féministes, anti-raciste, immigrationnistes, pronânt le métissage des femmes blanches. Membre du conseil d’orientation de l’établissement public Spectacle Vivant en Bretagne.

En avril 2015 elle mobilise les réseaux immigrationnistes d’extrême-gauche afin qu’ils apportent leur soutien à un congolais interné au Centre de Rétention Administrative de Saint-Jacques, à Rennes.

Maryline Clare-Charrier : fonctionnaire, ingénieur, extrême-gauche

maryline_clare-charrier

Biographie politique : Née le 19/06/1967 à Cholet. Diplômée de l’INSA Rennes en 1989, Ingénieur télécom chez Orange (France Télécom). Jugée en Janvier 2009 en tant que comparant volontaire pour soutenir le collectif rennais de soutien aux sans papier accusé de diffamation envers la Police aux frontières sur un tract datant de 2008. Habite Pacé depuis 2005, candidates aux municipales de 2014 (position n°30) sur la liste d’opposition de Gil Desmoulin (Maître de conférence à Sciences Po Rennes).

Erwan Amiri : Sans profession, asocial, extrême-gauche

Biographie politique : Né le 01/03/1975 à Paris. Sans emploi, il rédige des chroniques musicales et des avis de films, il gère le site de musique électro Trip-Hop.net depuis 2006 sous le pseudo IpzolaniMot. Jugée en Janvier 2009 en tant que comparant volontaire pour soutenir le collectif rennais de soutien aux sans papier accusé de diffamation envers la Police aux frontières sur un tract datant de 2008. Militant anti-aéroport NDDL.

Delphine Chedaleux : fonctionnaire, assistante d’éducation

experte-Chedaleux-Delphine-249x332

Biographie politique : Née le 04/01/1983 à Malestroit. Militante féministe (théorie du genre). A fait ses études à Rennes 2, puis à Bordeaux. Chargée de cours (assistante d’éducation) à la fac de Nanterre. Chercheuse en études genre (théorie du genre) et histoire du cinéma. Jugée en Janvier 2009 en tant que comparant volontaire pour soutenir le collectif rennais de soutien aux sans papier accusé de diffamation envers la Police aux frontières sur un tract datant de 2008. Habite désormais Paris mais continue d’être membre du collectif de soutien aux sans-papiers.

Evelynn Raymonde, animatrice culturelle subventionnée

Biographie politique : Née le 01/03/1953 à Rennes. Photographe, elle se fait subventionner 1000€ par an depuis janvier 2015 par la mairie PS de la Chapelle-Bouëxic pour exposer 9 photos. A l’origine d’un collectif éphémère pour lutter contre l’expulsion de deux clandestins installés à Carentoir. Jugée en Janvier 2009 en tant que comparant volontaire pour soutenir le collectif rennais de soutien aux sans papier accusé de diffamation envers la Police aux frontières sur un tract datant de 2008.

Jean-François Monnier : chargé d’animation, UDB, extrême-gauche

1f6d30dc0bcf5530e0c718f9ff585693_400x400

Biographie politique : Né le 29/05/1976 à Rennes. Militant UDB (Extrême-gauche régionaliste bretonne), responsable de la section rennaise de l’UDB. Permanent politique de l’UDB. Jugée en Janvier 2009 en tant que comparant volontaire pour soutenir le collectif rennais de soutien aux sans papier accusé de diffamation envers la Police aux frontières sur un tract datant de 2008. Suppléant d’une candidate de Breizhistance (Extrême-gauche indépendantiste bretonne) aux législatives de 2012. Moins actif dans le collectif ces derniers temps.

Kévin Le Tétour : fonctionnaire, assistant d’éducation, NPA, trotskiste

KevinLeTetour

Biographie politique : Porte-parole rennais du NPA, et candidats à différentes élections pour le NPA (législatives, municipales…). Assistant d’éducation, bassiste du groupe rennais « The Missing Season ».

Thomas Vetier : Fonctionnaire, enseignant, extrême-gauche

Thomas-Vetier

Biographie politique : A réalisé son master à Rennes 2 sur le thème des mineurs isolés étrangers. Doctorant en Sciences du langage avec une thèse en sociolinguistique intitulée « Migrance et plurilinguisme : discours de (dé)légitimation spatio-langagiers en espace urbain ». Membre de l’association L’Âge de la Tortue, impliqué dans la réalisation d’une « Encyclopédie des migrants » au nom de cette association. Membre de l’association Momend’temps basée à Caulnes (festival altermondialiste, récup’ d’objets, écologie…).

Joëlle Couillandre : fonctionnaire retraitée, enseignante, communiste

Joelle

Biographie politique : Institutrice (retraitée) à Châteaugiron, mère de trois enfants. Membre de « Un Toit C’est un Droit ! » en île et vilaine. Militante au SNU-ipp (le syndicat des instituteurs et professeurs des écoles de la FSU). Ancienne adhérente du PCF, candidate du Front de Gauche aux législatives en 2012 (circo de Vitré), et aux régionales 2015. C’est une des fondatrices du Comité Rennais France-Palestine-Solidarité dont elle a été présidente pendant 10 ans. Militante du Réseau Education Sans Frontières (RESF)

Xavier Dunezat : Fonctionnaire, enseignant, extrême-gauche

dunezat

Biographie politique : ancien maître de conférences, il a démissionné pour devenirenseignant de sciences sociales en lycée public à Rennes. Un des éléments les plus actifs de la mouvance extrémiste.

Renaud Charasse : étudiant, extrême-gauche

Biographie politique : Né le 27/08/1989 à Rennes. En internat à Saint-Brieuc en 2007 au lycée Rabelais, il était alors responsable de l’UNL 22 (Union Nationale Lycéenne). En 2008 rentre à l’IEP Sciences Po Renne, et rejoint le collectif de soutien aux sans-papiers de Rennes. Jugée en Janvier 2009 en tant que comparant volontaire pour soutenir le collectif rennais de soutien aux sans papier accusé de diffamation envers la Police aux frontières sur un tract datant de 2008. Réalise son mémoire en 2010-2011 à Science Po Rennes « Crise laitière : modification du champ syndical agricole ? ». A écrit en 2013 dans le journal de l’Union Rationaliste (« Raison Présente ») un article « Domination Et Résistance Dans L’action Collective En Faveur Des Sans-Papiers : Une Dynamique Des Rapports Sociaux de Race ».

Pascal Jarno : Fonctionnaire, médecin de santé publique, extrême-gauche

interview-aisp-docteur-pascal-jarno-1-638

Charlotte Peuch [épouse Mercat] : fonctionnaire, enseignante, extrême-gauche

Biographie politique : Née le 24/04/1960 à Angers (49). Enseignante en 2010 à l’École élémentaire publique Picardie de Rennes. Jugée en Janvier 2009 pour diffamation envers la Police aux frontières sur un tract du collectif rennais de soutien aux sans papier datant de 2008. Responsable de l’association Sahara Santé (association sur la santé des populations Touaregs du Nord-Mali).

Armelle Bounya : fonctionnaire, enseignante, communiste

3040552-4333095

Biographie politique : Institutrice retraitée, mère de 5 enfants. Militante de « Un Toit C’est un Droit ! » en île et vilaine, membre très active du DAL35 (Droit au Logement) et de Réseau Education Sans Frontières (RESF 35). Particulièrement active dans la mise en place de « Réquisitions » (squat illégaux) pour loger des centaines de clandestins en pays de Rennes.

Elisabeth Lerumeur : fonctionnaire, professeur, extrême-gauche

ELeRumeur

Biographie politique : Né le 02/03/1953 à Paris. Universitaire, Maître de Conférences à l’UFR Médecine de l’Université de Rennes 1, chercheur à ‘Institut de Génétique et Développement de Rennes – IGDR. Egalement en activité en IRM fonctionnelle cérébrale au CHU de Rennes. Jugée en Janvier 2009 en tant que comparant volontaire pour soutenir le collectif rennais de soutien aux sans papier accusé de diffamation envers la Police aux frontières sur un tract datant de 2008.

Laurent grouet : fonctionnaire, assistant ingénieur, NPA, trotskiste

laurent-grouetnpa

Biographie politique : ancien militant parisien de la LCR, passé au NPA à Rennes. Militant anti-nucléraire, membre du réseau « Sortir du Nucléaire ». Réalise photos et vidos pour le collectif de soutien aux sans-papiers et autres combats d’extreme gauche. Donne des conférences comédies sur le nucléaire.

11 COMMENTS

  1. Pour résumer, cette lie de l’humanité assoiffée de destruction et d’actions déstructurantes, incapable de produire quoique ce soit ne serait-ce que dans l’intérêt collectif de la nation, payée par le contribuable, et non contente de lui donner des leçons en permanence, de lui cracher au visage, ou de s’allier avec l’ennemi, organise son remplacement, son génocide et accélère sa ruine.
    Débarassons-nous de cette fluxion !

  2. Le milieu des fonctionnaires est l’incubateur du post-modernisme. C’est l’État-providence qui, cherchant de nouveaux besoins à subvenir, décrète la loi naturelle illégitime : seule sa propre technocratie paternaliste devient raisonnable. Ainsi en détruisant les frontières spirituelles et réelles, ils défendent leur caste sans en avoir l’air. Les anglophones seront probablement intéressés de lire ce long article, de haute qualité, écrit par James Kalb paru dans la revue chrétienne conservatrice First Things. Il s’intitule « Technocracy Now » http://insurancenewsnet.com/oarticle/2015/08/03/technocracy-now.html

    • « sa propre technocratie paternaliste »

      Rien de paternaliste chez eux: le père est une idée qu’ils haïssent, plutôt fraternaliste. Ne pas oublier que « Liberté égalité, FRATERNITÉ », est à l’origine mal devise du Grand Orient de France, n’étant devenu devise officielle qu’après 1870 sous la IIIe République, celle qui commence en nommant ministre de la Justice Adolphe Crémieux, grand maître du Grand Orient de France.

      Les vraies valeurs fondamentales de la République sont données dans l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen promulguée par Louis XVI en 1789:  » Art. 2. – Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.  »

       » Liberté, propriété, sécurité, et résistance à l’oppression « , voilà les vraies valeurs de la République.

      • vous n’avez pas tort, il aurait fallu dire « maternaliste », parce que dans leur envie de faire plaisir à chacun, tout en ne leur fixant aucune autre règle que l’amour réciproque, il y a une forme très dévoyée du maternage : la plupart de ces fonctionnaires sont des femmes, et leur humanisme signifie pour elles la mise sous leurs jupons de l’humanité entière. L’autre forme de rationalité moderne, le capitalisme, est une forme dévoyée des valeurs viriles. L’article que je préconise de lire suggère qu’une troisième forme de rationalité est possible, à condition d’accepter une transcendance.

  3. Dans la lettre de démission de Xavier Dunezat, il dit qu’il a deux parents enseignants (comme Clément Méric).

    Non seulement ce sont des fonctionnaires, mais ce sont des enfants et des conjoints de fonctionnaires, une petite aristocratie avec leurs multiples privilèges statutaires dérogeant au code du travail et les mettant à l’abri du chômage, retraites privilégiées, mutuelles privilégiées, prêts privilégiés, accès à des logements privilégiés, juridictions particulières qui ne les sanctionnent jamais.

    Il donne ce qu’est pour lui la mission d’un professeur du supérieur, ce n’est pas du tout de dispenser des connaissances et de faire acquérir aux étudiants des compétences:

     » j’ai croisé en fac des enseignants biens (…) remplir leur principale mission : donner aux étudiant-e-s l’envie de venir à la fac, s’éclater en faisant cours, faire de l’université un lieu de vie et pas seulement de travail solitaire, dédramatiser l’enseignement supérieur pour que les catégories populaires ne le fuient pas, etc.  »

    Par ailleurs, j’ai croisé des gens bien à la fac et notamment des enseignantes bien. J’entends
    par « gens bien » ces personnes qui se débattent pour tenir et continuer de remplir leur
    principale mission : donner aux étudiant-e-s l’envie de venir à la fac, s’éclater en faisant
    cours, faire de l’université un lieu de vie et pas seulement de travail solitaire, dédramatiser
    l’enseignement supérieur pour que les catégories populaires ne le fuient pas, etc.

    • Il indique ce qui est pour lui le modèle idéal des gens et de la société, ce qu’il ne faut pas être :

      « … quelqu’un comme moi, à savoir un bien classé – car homme hétérosexuel blanc enseignant d’origine plutôt favorisée (parents profs en lycée
      public) –

      et ce qu’il faut être:

       » mais féministo-anarcho-communisto-libertaro-socialo-sansfrontièresmondialo- etc…et antiâgiste.  »

      « … je continue de penser qu’un monde sans spécialisations et sans
      pouvoirs, sans hiérarchies et sans groupes sociaux (de sexe, de classe, de race, d’âge), reste possible.  »

      En toute logique, il devrait aussi démissionner de son emploi d’enseignant et de son statut de fonctionnaire, résilier le bail locatif qui lui donne l’usage exclusif de son logement, et ses élèves devraient lui contester toute autorité pour leur donner des cours.

Comments are closed.