Langueux (22) : La salle de sports incendiée en représailles de la mort de Mourad Mouas ?

0
613

mourad-mouas-et-yael-menier-au-second-plan-ont-subi-leur_2121382_660x372

Le joueur maghrébin Mourad Mouas, du Ploufagran FC

BREIZATAO – NEVEZINTIOU via Breizh Délinquance (28/12/2015) Suite à la mort d’un joueur de football maghrébin, un incendie criminel a frappé la salle omnisports de Langueux, dans les Côtes d’Armor. La piste du règlement de compte entre les bandes ethniques de la ville et celles de Ploufagran se précise.

Rappel du contexte :

La salle omnisports de Langueux, à l’est de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor), a été détruite par un incendie probablement criminel, dans la nuit du 21 au 22 décembre. L’événement intervient dans un contexte tendu autour d’un joueur de football décédé, qui avait quitté le club de Ploufragan – une autre commune de l’agglomération – au profit de l’équipe locale.

À la fin de la saison 2014-2015, Mourad Mouas quitte le Ploufragan F.C. pour l’U.S. Langueux. Le 4 juillet, il est accueilli par ses nouveaux coéquipiers lors d’une soirée, qu’il décide de prolonger ailleurs avec certains d’entre eux. Il est tué accidentellement dans la nuit par une voiture, alors qu’il circule mystérieusement à pied sur une voie rapide après « des incidents » (sources 1, 2).

Un match sous haute surveillance :

Le 20 décembre dernier, Langueux reçoit Ploufragan en championnat, dans un derby jugé risqué en terme de débordements, donc surveillé par la police. La recette du match doit être reversée à la famille du sportif décédé, père de trois enfants.

Aucun incident n’est à signaler, mais le lendemain soir, en bordure du terrain sur lequel s’est tenue l’opposition, la salle omnisports est entièrement ravagée par les flammes. Le feu étant parti de poubelles extérieures, la piste criminelle est favorisée par le parquet de Saint-Brieuc. La population locale, qui utilisait l’infrastructure 12 heures par jour, doit s’organiser.

La piste des représailles entre bandes allogènes consécutive à la mort de Mourad Mouas se précise donc :

Compte tenu du contexte, il y a fort à parier qu’il s’agit de représailles à l’encontre de la communauté sportive de la ville, de la part d’individus de Ploufragan. Sa cité HLM de l’Iroise est notamment connue pour sa violence et ses trafics. Quant à savoir si le motif éventuel est la mort de Mourad Mouas ou son transfert vers l’équipe adverse, souhaitons que les jeunes interpellés, le 26 décembre, pour un nouveau feu de détritus à Langueux, puissent apporter des éléments de réponse.

SHARE