Loading...

les-membres-d-associations-de-parents-d-eleves-des-ecoles_2745437_623x405p

L’extrême-gauche morlaisienne appuie les revendications des intégristes musulmans

BREIZATAO – POLITIKEREZH (04/02/2016) Le temps semble lointain où le Parti Communiste rassemblait la frange la plus anti-cléricale du spectre politique. A Morlaix, dans le Finistère, c’est désormais en faveur de la séparation des élèves sur base religieuse que militent les membres du PCF local. L’extrême-gauche appuie désormais publiquement les revendications de parents musulmans intégristes.

Différences de traitement sur base religieuse

Les représentants du Front de Gauche et du PCF – complaisamment relayés par le journal socialiste Le Télégramme – protestent contre la décision de la municipalité dirigée par Agnès Le Brun (LR) d’abolir le principe de menus définis par des interdits religieux musulmans dans les cantines scolaires de la commune.

Le Télégramme (source) :

Dans un communiqué, publié sur le Chiffon Rouge, le blog du Front de gauche et du Parti communiste morlaisien, des membres de l’opposition municipale pointent une mesure « autoritaire, sans débat ni concertation ». Pour Ismaël Dupont, membre de l’opposition et du Front de gauche, cette décision est clivante : « Certaines familles décideront de retirer leurs enfants des cantines. Résultat, l’intégration des enfants sera moins bonne. Politiquement, l’acte est grave et significatif ».

Une femme mariée à un algérien, Mélissandre Mahieddine, participe de la campagne d’agitation islamiste :

Le mois dernier, le mode d’inscription à la cantine scolaire avait déjà changé. « Avant le mois de décembre, l’inscription était quotidienne. Désormais, nous devons cocher les mois de présence à l’avance, de février à juillet. Nous devons faire connaître notre décision avant le 5 février », explique Mélissandre Mahieddine, secrétaire de l’APE de Gambetta.
Menaces de représailles

Et l’extrême-gauche de menacer de représailles les personnels par le biais de parents musulmans intégristes « en colère » :

Simon Tosser, membre de l’APE de l’école Jean-Piaget, n’était, lui non plus, pas au courant de la décision de la municipalité. Il s’insurge contre « une pratique intolérable qui arrive dans un climat détestable, qui stigmatise les musulmans ». « Les parents des élèves concernés avec qui j’ai pu parler sont très surpris. Le personnel des cantines, lui, craint de devenir un punching-ball pour les parents en colère alors qu’ils ne peuvent qu’appliquer ce que la mairie a décidé », termine Sébastien Portier.

Loading...

2 COMMENTS

  1. CES GENS LÀ DEVRAIENT PARTIR EN ALGÉRIE ET VERRAIENT LA LATITUDE QU’ON LAISSERAIT À LEUR VIE LÀ BAS !! CE SONT LES MÊMES QUI ANIMENT, CEUX QUI, POUR UN OUI OU UN NON, OCCUPENT LE PARVIS ….PARFOIS MENACANTS ET TOUJOURS INSULTANTS ….DROLE DE SOCIÉTÉ ! LA FRANCE TU L’AIMES OU TU LA QUITTES, ET LA LIBERTÉ DE CHACUN FINIT LA OU COMMENCE CELLE DE L’AUTRE ET L’AUTRE …CE SONT DES BRETONS, AVEC DES TRADITIONS CULINAIRES CLAIRES ET ÉTABLIES ….SINON, QU’

  2. si certaines personnes ne sont pas contentes des menus, elles n’ont cas faire manger leurs enfants chez elles au moins elle seront sûre de ce que mangeront leurs enfants

Comments are closed.