brest-derive-droitiere-julie-le-goic-quitte-la-majorite-x240-882

L’élément anarcho-communiste Julie Le Goïc

BREIZATAO – POLITIKEREZH (12/03/2016) Après les violences commises par des clandestins musulmans durant le conseil municipal de la ville de Brest jeudi (lire ici), une des principales instigatrices est désormais formellement identifiée. Il s’agit de la conseillère anarcho-communiste Julie Le Goïc, en rupture avec la majorité socialiste.

Une coupable : Julie Le Goïc

BREIZ ATAO a été le premier organe d’information à désigner Julie Le Goïc comme une des principales responsables de l’agitation proimmigration sur la ville de Brest. On la comptait parmi les factieux qui avaient organisé une manifestation de soutien à la mosquée salafiste de Rachid El Jay – dit « Abou Houdeyfa » – en octobre dernier (voir ici).

Jusqu’alors, la majorité socialiste de Brest, résolument engagée en faveur de l’immigration de masse, n’avait jamais jugé nécessaire de combattre l’extrême gauche promusulmane. Il faut dire que le maire, François Cuillandre, a été le promoteur d’une politique de conciliation à l’égard des islamistes dans les quartiers immigrés de la ville, comme en atteste le permis de construire délivré au prédicateur radical Rachid Abou Houdeyfa pour son école coranique (voir ici).

On la retrouvait encore récemment, aux côtés d’un autre activiste pro-islamiste, le trotskiste Olivier Cuzon, lorsque la bande est allée déposer plainte contre BREIZ ATAO :

BST_CUZON-3.JPG_s.leroy

Violences et menaces contre le maire socialiste

Mais les violences de jeudi dernier ont changé la donne. Menacé physiquement par des clandestins albanais agités par le carré anarcho-communiste de Brest, François Cuillandre peut difficilement ignorer le fait qu’il est désormais la cible des soutiens des filières d’immigration clandestine albanaises.

Ce jour, dans l’édition locale du Télégramme (source), l’édile cible clairement Julie Le Goïc :

Julie Le Goïc a clairement affiché son soutien aux manifestants. Qu’en pensez-vous ?

« Son comportement est hallucinant ! Si elle avait un peu de logique politique et d’honnêteté intellectuelle, elle devrait démissionner du conseil municipal. Elle n’a jamais été élue en son nom, elle a été élue sur une liste et elle n’a plus rien à voir avec ça… ».

Et rejoignant notre analyse (lire ici), François Cuillandre établit un lien formel entre les gangs islamo-albanais actifs sur la ville de Brest et les filières qui soutiennent les clandestins albanais et kosovars qui sont liés au réseau d’extrême gauche auquel appartient Julie Le Goïc :

Pour les réfugiés économiques, c’est différent. Nous assistons à des arrivées régulières d’Albanais, menés par des réseaux mafieux qui leur font miroiter la lune !
Nous avions alors souligné l’urgente nécessité de traiter politiquement les membres de ce réseau. Cette urgence ne se dément, comme chacun peut le constater.
Un maire sans volonté
Hélas, le maire socialiste est faible. Adepte de la culture du laxisme en matière de sécurité, aisément intimidé par les agitateurs d’extrême-gauche actifs sur la ville, l’intéressé s’est largement laissé déborder.

Malgré les violences et menaces commises par les anarcho-communistes et les clandestins musulmans jeudi, l’édile refuse de saisir la justice. François Cuillandre préférant se réfugier derrière des platitudes rhétoriques :

Vous n’avez pas fait appel à la police pour évacuer la salle, pourquoi ?

« C’est un vrai choix. La salle du conseil, c’est une salle ouverte au public et c’est tout un symbole. Je ne voulais pas donner des arguments supplémentaires à ces personnages ».

Sono endommagée, verre cassé… La salle du conseil porte les stigmates de leur passage. Quelle suite entendez-vous donner ?

« Il y a eu un peu de casse. Mais ce n’est pas bien grave. Je ne porterai pas plainte. Le plus gros dégât, c’est le système démocratique qui l’a subi. Et ça, ça n’a pas de prix ».
Profil politique de Julie Le Goïc
Nous avions établi le profil politique de la conseillère municipale Julie Le Goïc dont l’équilibre mental et psychologique est notoirement altéré :

Fonctionnaire (enseignante), Julie Le Goïc affiche un profil plus politicien. Né le 6 juin 1978 à Rennes, elle réside à Brest depuis 1983. Adhère à l’organisation marxiste “Ras l’Front” en 1995 puis à l’organisation anarcho-communiste CNT en 2000 où elle est élue au Conseil Administratif de l’Université de Bretagne Ouest – UBO – sous l’étiquette CNT FAU. En 2006 elle adhère chez les Verts.

Elle s’est ensuite inscrite dans la mouvance sociale-démocrate de coloration pseudo-écologiste et était intégrée jusqu’à l’été 2015 dans la majorité socialiste de François Cuillandre. Elle l’a quitté en juin 2015 en accusant ce dernier de “dérive droitière” (sic).

D’autres acteurs du réseau de soutien aux filières de passeurs sont Olivier Cuzon – un professeur trotskiste – ou encore l’élément écolo-gauchiste Chris Perrot.

Désormais clairement identifiés, des mesures drastiques doivent être prises contre les factieux précités. Leur soutien aux islamistes de la ville comme à la mafia musulmane albanaise n’étant plus à démontrer.

1 COMMENT

Comments are closed.