Loading...

BREIZATAO – ETREBROADEL (28/10/2016) Le processus d’annulation du référendum sur le Brexit est entamé. C’est l’ancien Premier ministre socialiste britannique Tony Blair qui l’a annoncé, confirmant pour la première les intentions de l’oligarchie visant à abolir toute alternative populaire à ses projets.

Le Vif (source) :

L’ex-Premier ministre britannique Tony Blair a jugé vendredi que rien n’empêchait le Royaume-Uni d’organiser un second référendum sur le Brexit, estimant que le divorce avec l’Union européenne serait « très, très dur », face à des dirigeants européens intransigeants.

« Il n’y a absolument aucune raison que nous fermions la porte à toutes les options (…) Nous avons le droit de continuer à réfléchir et, si nécessaire, de changer d’avis. Il n’est pas question qu’une élite rejette le peuple », a-t-il déclaré à la BBC Radio 4.

Et de poursuivre :

« S’il apparaît en cours de route que l’accord n’est pas satisfaisant ou qu’il a des conséquences si lourdes que les gens ne veulent plus sortir de l’UE, alors il faudra trouver une solution, soit à travers le parlement, soit (…) peut-être à travers un nouveau référendum », a-t-il ajouté.

Nous y voilà. « A travers le parlement ».

Blair, architecte aux côtés de Bush des guerres orientales anglo-américaines, ne s’exprime pas de manière anodine. Il est étroitement lié aux intérêts des élites transnationales et sa prise de position reflète la feuille de route arrêtée par ces mêmes intérêts.

Et elle est simple : demander à l’Union Européenne de paraître aussi dure que possible vis-à-vis de la Grande-Bretagne durant les négociations afin d’effrayer l’opinion britannique. Faire traîner ces négociations pour la lasser. Puis, le gouvernement anglais posera sur la table une proposition : ne pas quitter l’UE. Et de régler cela au niveau du « parlement », étant entendu que les politiciens représentent « démocratiquement » le peuple, comme de juste.

Les gouvernements français et irlandais n’ont pas agi autrement.

Le système « démocratique » ne cherche même plus à cacher cette réalité : l’oligarchie contrôle tous les rouages du processus politique et entend imposer sa volonté au peuple, quel qu’en soit le coût.

Loading...