Loading...

BREIZATAO – ETREBROADEL (26/01/2017) L’Union Européenne étant devenue le dernier bastion du marxisme culturel international, Bruxelles a décidé de lancer un vaste programme de propagande sur le Vieux Continent. L’objectif vise à empêcher la chute des gouvernements européens favorables à l’immigration afro-musulmane.

Sputnik News (source) :

C’est l’« East StratCom Task Force », créée sous l’impulsion de la Commission européenne en 2015, qui traquera les informations qualifiées de douteuses sur internet. Forte d’un palmarès de 2 500 histoires mises en ligne et démenties depuis sa création, la task force de l’UE porte bien son nom.

Cette structure se propose de lutter contre la « désinformation » prétendument alimentée par la Russie, une obession de la finance internationale et de l’Otan.

Cette structure a pourtant recours aux cadres du système en place qui, en Europe, sont à l’origine de la mise en œuvre des politiques contestées par les médias alternatifs :

La dizaine de chercheurs s’appuie sur un réseau de 400 experts, journalistes, officiels, ONG et Think-tanks dans plus de 30 pays, qui leur font remonter les « histoires contredisant des faits publiquement disponibles ».

Et encore :

« Il faut démontrer un mensonge délibéré et à utilisation stratégique. Il ne suffit pas de dénoncer une illusion idéologique […], il faut démontrer un faux délibéré, c’est-à-dire que quelqu’un a publié de mauvaise foi une information dont il savait pertinemment qu’elle était fausse ou mieux encore, qu’il l’a fabriqué », poursuit François-Bernard Huyghe.

Des « experts » et « journalistes » stipendiés qui sont précisément au cœur des campagnes de désinformation de masse que nous subissons :

L’organisation financée par l’UE n’a pas annoncé vouloir lutter contre cette désinformation très réelle, préférant désigner une menace extérieure inexistante en guise de leurre.

Loading...