BREIZATAO – NEVEZINTIOU (11/02/2018) Les chiffres font l’effet d’une déflagration : selon l’État-major opérationnel de prévention du terrorisme (EMOPT), organisation chargée de contrôler le suivi des personnes radicalisées, 59 islamistes radicaux travaillant ou ayant travaillé dans la filière nucléaire ont été recensés en 2017.

Mediapart, qui a révélé cette information troublante le 6 février 2018, a précisé où ces individus étaient employés. Une vingtaine de sites appartenant à EDF et à ses sous-traitants, des prestataires d’Areva, le CERN (l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire) et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) seraient touchés. Le journaliste auteur de l’enquête précise qu’une quinzaine de personnes ayant accès à des sites dits sensibles, ainsi qu’une dizaine d’ingénieurs et de chercheurs faisaient partie de ces islamistes.

Interrogé sur le sujet par Mediapart, un «grand ponte des services de renseignement» a minimisé la menace que pourraient faire peser ces islamistes. « Les métiers liés au nucléaire ne sont pas une préoccupation majeure » a-t-il assuré.

(Source : Russia Today)

SHARE