Trahison à gauche : L’ex-socialiste et désormais macroniste Marc Coatanéa à l’origine des fuites sur le financement occulte des élus PS de Brest

0
196

BREIZATAO – POLITIKEREZH (07/03/2018) Une polémique enfle à Brest après des révélations concernant un système occulte de financement des élus de la majorité socialiste dirigée par l’actuel maire, François Cuillandre.

C’est le journal d’état Le Télégramme, jusqu’à lors très bienveillant avec le Parti Socialiste au pouvoir à Brest, qui a très curieusement ouvert les hostilités le 1er mars dernier (lire ici) en rapportant les détails d’un système opaque de rémunération des 21 élus PS de la métropole de la Bretagne Occidentale.

Selon ce système, c’est une caisse commune gérée par une association ad hoc qui recevait  depuis 1989 la totalité des émoluments que devaient percevoir les élus PS avant de les redistribuer aux intéressés. La loi prévoit pourtant que chaque élu, qu’il soit conseiller municipal ou adjoint au maire, soit directement payé par la mairie, sans intermédiaire.

L’opposition de centre-droit menée par Bernadette Malgorn a pointé du doigt sur le site du groupe qu’elle dirige un mécanisme visant potentiellement à « tenir » tous les élus socialistes d’une main de fer (source) :

Au-delà des aspects légaux au regard du Code général des collectivités territoriales, c’est le fonctionnement de la démocratie locale au sein de notre assemblée qui est mis en cause. En effet, une fois élu, par scrutin de liste, chaque conseiller doit pouvoir exercer son mandat librement. Tenir d’une association détentrice de fait de fonds publics une indemnisation différente de celle fixée par la loi et le vote du conseil crée une situation de dépendance que nous estimons contraire à la liberté d’expression et au libre exercice de la démocratie locale au sein du conseil. Cela nous concerne donc.

L’observation est pertinente : en ayant la main sur la totalité des salaires dont la répartition était régie par des critères probablement définis par lui, le maire socialiste François Cuillandre disposait d’une arme de dissuasion contre toute menace de contestation interne face à ses décisions.

L’ex-PS Marc Coatanéa torpille Cuillandre au profit des Macronistes en 2020

Une autre question cependant émerge : pourquoi ces révélations interviennent seulement maintenant, près de 30 ans après la mise en place de ce système ?

La réponse est à chercher dans la sombre cabale qu’a patiemment mis en oeuvre Marc Coatanéa, l’ancien Secrétaire fédéral du Parti Socialiste du Finistère. Ce dernier a en effet déserté le PS afin de rejoindre les macronistes (lire ici) et utilise toutes les informations dont il dispose pour détruire le Parti Socialiste sur Brest.

Coatanéa a donc organisé les fuites au sujet du financement occulte des élus de la majorité socialiste de Brest afin d’affaiblir François Cuillandre, probable candidat à sa propre succession. Coatanéa – amicalement surnommé « le félon » – ambitionne depuis longtemps de devenir le successeur de l’actuel maire. 

Il est en outre aidé par des élus PS toujours membres de la majorité socialiste dirigée par Cuillandre dont la mission est de tenir informé Coatanéa des moindres faits et gestes de leur patron. Ceci en attendant une heureuse marque de bienveillance de la part des Macronistes lors des élections municipales de 2020.

Coatanéa pense pouvoir écarter Cuillandre hors de la course sans difficulté, estimant que l’actuel maire n’a pas la pugnacité nécessaire pour lui faire barrage.

La clique Coudurier à la tête du journal d’état Le Télégramme a donc décidé de prendre le train « en marche » du macronisme en appuyant Coatanéa, conformément à sa fonction de simple feuille de chou pro-gouvernementale parisienne.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here