BREIZATAO – NEVEZINTIOU (09/03/2018) Le directeur d’une école coranique de Sarcelles (Val-d’Oise) qui intervient à la mosquée et trois animateurs de la Ville sont jugés ce jeudi par le tribunal correctionnel de Pontoise. Ils doivent répondre de violences aggravées sur un enfant de 12 ans. Lui reprochant de s’être teint les cheveux, ils lui avaient en partie rasé la tête puis lui avaient infligé des violences dans un local.

C’est une véritable humiliation qui est infligée à l’enfant. Nous sommes le 27 avril dernier, le garçon est arrivé à la mosquée Foi et Unicité, allée Bernard-Palissy, pour suivre un cours d’arabe le soir avec sa nouvelle coiffure. La teinture blonde n’est pas vraiment appréciée par le directeur de l’école coranique. Il lui explique que la religion interdit une telle coiffure et qu’il devra recevoir une correction. Le directeur envoie donc un élève chercher une tondeuse pour lui raser la tête. Il effectue un passage à travers le crâne et le laisse ainsi devant tout le monde. C’est le premier épisode de violences pour lesquelles devra s’expliquer le directeur, qui assure ses cours d’arabe et de coran dans la mosquée.

Entendu par les policiers de Sarcelles, le jeune homme explique ne pas savoir combien de coups il a reçu. Cela a démarré par un petit coup de poing au torse puis tous les trois ont enchaîné les coups sur l’ensemble du corps. Il évoque des « écrasements de tête » et une balayette, se retrouve au sol à plusieurs reprises à cause des coups et de la douleur. Il a eu droit à quelques pauses, pour lui donner de l’eau, puis, un peu plus tard, pour aussi offrir un mouchoir, le jeune saignant du nez et de la bouche. Il y aura une troisième pause pour proposer « un grec ». Cette scène aurait débuté vers 17h30 pour s’achever environ deux heures plus tard, le directeur soupçonné d’avoir donné les instructions faisant des allers-retours entre la pièce et l’extérieur.

Au cours de la procédure, le directeur a reconnu les faits, regrettant la violence, exprimant des remords. Il admet que sa réaction était « disproportionnée ». La coiffure était pour lui « un premier pas dans la délinquance ». Seul un des animateurs admet « des baffes » et assure être l’unique auteur de violences. L’un d’eux aurait donné 100 € à la mère pour qu’elle ne porte pas plainte et pour les frais découlant des violences. « Par générosité » assure-t-il.

(Source : Le Parisien)

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here