BREIZATAO – NEVEZINTIOU (04/04/2018) Nouvelle conséquence de l’immigration afro-islamique en Bretagne : la prolifération d’individus extra-européens au comportement sexuel à caractère criminel.

Le Figaro (source) :

Un détenu s’est évadé dimanche, en fin de soirée, du centre hospitalier Guillaume-Régnier, à Rennes, selon les informations du Figaro. Aux alentours de dix-huit heures, ce jeune homme de vingt ans a défoncé la porte de sa chambre et celle du service, avant de prendre la fuite. D’après une source proche du dossier, il faisait toujours l’objet de «recherches actives», mardi soir. Né à Oujda, au Maroc, l’individu, mesurant 1,73 m, portait un pyjama bleu lors de son évasion. Les autorités recherchent un homme de corpulence normale, aux cheveux bruns courts, portant une barbe et une moustache.
Le fuyard était initialement incarcéré à la maison d’arrêt de Rennes-Vezin-le-Coquet. Il purgeait une peine de huit ans de prison, prononcée le 26 janvier 2018 par la Cour d’assises des mineurs de Loire-Atlantique pour des faits de viol et violences volontaires commis en 2015, selon une source proche du dossier. Après avoir dégradé sa cellule, il a été transféré dans le service psychiatrique de l’hôpital Guillaume-Régnier, le 31 mars. C’est le lendemain qu’il a pris la fuite, alors qu’il était hospitalisé en chambre d’isolement. «Le personnel de l’hôpital, n’a rien entendu et s’est rendu compte de l’évasion peu avant 19 heures», selon une source proche du dossier. L’homme s’est enfui à pied et n’a blessé personne.
En octobre 2016, l’individu recherché avait aspergé une gardienne d’eau tiède, alors qu’il n’avait pas encore été condamné pour viol, d’après une source policière au Figaro. Connu pour son instabilité psychologique, il a été transféré au moins cinq fois d’établissements pénitentiaires différents. «C’est un récidiviste, qui était auparavant emprisonné dans un établissement pour mineurs», assure une source proche du dossier. Une enquête de flagrance pour évasion a immédiatement été ouverte. La Direction centrale de la police judiciaire de Rennes et la sûreté départementale ont été saisies.

Conformément à la politique d’immigration à outrance du gouvernement français, cet élément indésirable musulman ne sera pas expulsé.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here